Voyages internationaux - état de situation au 18 avril 2020


Source de la photo : https://www.frenchweb.fr/paycar-starburst-venture-sebastien-berrier-insiders/269146


Quelques nouvelles et informations


Obligation de porter un masque dans les aéroports canadiens à partir du 20 avril 2020


https://nouvelles.paxeditions.com/fr/nouvelles/aviation/transport-aerien-le-port-dun-masque-devient-obligatoire-plusieurs-etapes-cles


Tout savoir sur les masques et couvre-visage non médicaux : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/prevention-risques/instructions-revetement-visage-tissu-cousu-non-cousu.html


Les aéroports sont-ils fermés ?


Non, mais pour les arrivées de voyageurs en provenance de l'étranger, plusieurs règles s'appliquent. Seulement quatre aéroports canadiens peuvent accueillir des voyageurs internationaux dont Montréal.


https://www.tc.gc.ca/fr/initiatives/covid-19-mesures-mises-a-jour-lignes-directrices-tc/mesures-aerien.html


Une partie des arrivées à l'aéroport de Montréal le 18 avril 2020


Bien sûr, le trafic aérien est bien moindre qu'en temps normal et de très nombreux vols ont été annulés.


Les voyagistes ont annulé les forfaits Sud au moins jusqu'à la fin du mois de mai 2020 mais on peut s'attendre à ce que cette échéance soit prolongée. Les destinations ouvriront probablement progressivement (mais on ne sait pas quand...) au fur et à mesure qu'elles seront jugées sans danger ou que nous aurons accès à un vaccin contre le Covid-19. Il faut aussi prévoir le temps nécessaire pour les contrôles techniques des avions, la remise en fonction de certains établissements hôteliers, etc.



Pourquoi a-t-on parlé d'un retour à la normale seulement dans deux ou trois ans ?


Les voyages vont reprendre avant deux ans, c'est à peu près certain. Mais la densité du trafic aérien ne reviendra pas au niveau de ce qu'il était en janvier 2020 avant deux ou trois ans probablement.


"Les aéroports observent une chute d'achalandage à travers le pays. Leur survie passera par un fort soutien de l’État, et le trafic aérien [le gras ici est de moi], lui, ne sera pas le même qu’avant la crise avant plusieurs années, selon un expert."

"Aucun gouvernement ne laissera jamais un de ses aéroports principaux aller vers la faillite ou une cessation d’activité. Cela est impensable, rassure cependant Mehran Ebrahimi. Ce qui est problématique, dit-il, ce sont les compagnies qui sont sous-traitantes dans les aéroports. Celles-ci sont indépendantes et ont la liberté de leur gouvernance."

"Une zone de turbulences pendant deux ou trois ans - La crise que traverse en ce moment l’industrie est si grave et sans précédent qu’il est impossible de prédire les prochains mois, selon Mehran Ebrahimi. L’impact économique est tellement exponentiel qu’on n’a plus de comparaison, explique-t-il."

"On sait que la crise ira au-delà de juillet et août dans cette industrie, dit l’expert. Il faut qu’il y ait une masse critique de pays qui se considèrent hors crise pour que les activités puissent reprendre. Enfin, même après la crise, les gens auront souffert de problèmes financiers, les gens auront peur, dit M. Ebrahimi, de sorte que la consommation de voyages aériens n’atteindra pas son niveau d’avant-crise avant des mois."

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1692984/aeroport-canada-yul-yyz-covid19-economie?fbclid=IwAR26wyChzy1KLtv566elhkwcHnUBdfSFhBAxwV-MGuDLiCSYyLsDQjpIodE


Pour bien comprendre l'ensemble des enjeux auquels l'industrie du voyage est confrontée, je vous recommande d'écouter ces trois excellents reportages.


Reportage 1 : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/bien-entendu/episodes/460766/rattrapage-du-jeudi-9-avril-2020/4?fbclid=IwAR2lh5QWKw2ZHNRwJJzewK5jwok-oukpK6B6mUM7GyIAyIYRrvdegeTI7SY


Reportage 2 : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/bien-entendu/segments/entrevue/165306/industrie-tourisme-voyage-avions-hotels-restaurants-paul-arsenault-andre-desmarais


Reportage 3 : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/bien-entendu/segments/entrevue/165332/aviation-compagnies-aeriennes-avion-mehran-ebrahimi


Pourquoi nous offre-t-on des crédits voyage au lieu de nous rembourser ?


Extraits d'un article paru sur le site de Pax Nouvelles :


"Hier (16 avril), Moscou Côté, président de l’AAVQ, s’est livré à un exercice de pédagogie à propos des crédits pour voyage futur à la radio de Radio-Canada


« Pourquoi un crédit plutôt que des remboursements ? », demande l’animatrice du 15-18, Annie Desrochers, à son reporter, René Saint-Louis. « On dit que l’industrie n’aurait pas les reins assez solides pour rembourser tout le monde », répond ce dernier, avant de céder la parole à Moscou Côté.

« Le remboursement est impossible dans 99 % des cas. Je vous explique : les agents de voyages vendent en moyenne, à ce temps-ci de l’année, pour 250 M$ par mois. On parle de deux mois de crise, soit environ un demi-milliard de dollars confiés aux agents de voyages, comme fiduciaires, pour réserver des prestations demandées. »

Moscou Côté explique que cet argent a été transféré à d'autres fournisseurs : hôteliers, chaînes hôtelières, autocaristes... Et aux transporteurs aériens.

« Eux refusent de rembourser les agents de voyages; ils disent "je vous donne un crédit pour les prochaines réservations ou les prochaines années". Donc, l’argent, le demi-milliard en question, n’est plus dans les comptes en fidéicommis des agents de voyages. C’est impossible de procéder au remboursement. »

« Les compagnies qui avaient reçu l’argent, les compagnies aériennes, les hôtels…, elles ne veulent pas rembourser les clients ? », s’étonne l’animatrice. « En fait, elles ne le peuvent pas », répond le journaliste, avant de céder de nouveau le micro à Moscou Côté.

« Si les gens au gouvernement exigeaient le remboursement immédiat, les tour opérateur, les agents de voyages seraient obligés de déposer leur bilan et de faire faillite. Ensuite, les consommateurs pourraient se tourner vers le FICAV… »

Certes. Mais ça ne serait peut-être pas à leur avantage…

« Le FICAV est limité à 75 M$ par événement par année, en vertu de la Loi. Donc, s’il y a un demi-milliard de réclamations cette année, soit 500 M$ pour 75 M$, les gens recevraient 20 cents de leur piastre. Ils seraient encore plus perdants que s’ils acceptent le crédit. »

Source : https://nouvelles.paxeditions.com/fr/nouvelles/buzz-fr/credit-pour-voyage-futur-moscou-cote-presente-la-position-de-laavq-sur-les-ondes-de-radio-canada


Le reportage radio est disponible à partir de ce lient : https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/reportage/165868/vols-compagnie-aerienne-agence-hotels?fbclid=IwAR3woPICDz-5ntzin6tLziPB-NZ7CBuJ2e6uoGw897zczEAPAYAjKLY3rPo



D'autres articles qui pourraient vous intéresser :


https://nouvelles.paxeditions.com/fr/nouvelles/autre/covid-19-des-restrictions-sur-les-voyages-dans-96-des-destinations-du-monde


https://nouvelles.paxeditions.com/fr/nouvelles/autre/les-arrivees-de-touristes-internationaux-pourraient-chuter-de-20-30-selon-lomt


https://nouvelles.paxeditions.com/fr/nouvelles/autre/les-assureurs-demandent-leurs-clients-de-ne-pas-les-appeler



287 vues
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram