Les aborigènes de Cuba

Mis à jour : 1 sept. 2019


Source de la photo : https://www.ecured.cu/Abor%C3%ADgenes_de_Cuba



On aime les Cubains, mais que savons-nous de leur histoire ancienne?


Selon ce que je vois des partages de nos membres, il semble y avoir peu d'activités qui mettent en valeur la culture des aborigènes de Cuba près de Varadero.


Il y a la reconstitution d'un village Tainos visité lors de l'excursion en jeep.


Photo partagée par Vicky Bouchard


Et la visite de la Grotte des mulsumanes.


"Situé dans la Reserva Ecologica Varahicacos (Réserve Écologique Varahicacos), la Cueva Musulmanes est une petite grotte où un squelette et autres fossiles furent découverts. Elle est aussi reconnue pour son importance cérémoniale dans la culture des Indiens Siboney. Les recherches démontrent que le squelette trouvé dans cette grotte est celui d’un homme entre 25 et 35 ans qui aurait vécu entre 500 avant JC et 500 après JC. Les spéléologues y ont également trouvé les restes d’un mealunus-rodes, un mammifère préhistorique considéré comme l'ancêtre du hutia cubain (un petit rongeur endémique à Cuba).


Au milieu du XIXe siècle la grotte est utilisée comme repaire par des contrebandiers cubains (qui se surnommaient "musulmanes"), en raison de sa position élevée qui permettait de surveiller les deux côtes de la péninsule.


La visite de la Cueva Musulmanes fait partie du parcours d’un sentier balisé où l'on peut aussi admirer la faune et la faune de la région. - Admission: 5 CUC"

Source : http://www.varaderoguide.net/cuevademusulmanes_fr.html


Je vois aussi très peu d'information ou d'annonce sur des activités qui soulignent les aborigènes dans les médias cubains.



Découvrir les aborigènes de Cuba


J'ai trouvé cet article très intéressant. Je me permets de vous partager la traduction en français (désolée, elle n'est pas parfaite...). Il est très long mais il faut la peine d'être lu !


Début de l'article

"Aborigène de l'île de Cuba


Les historiens estiment qu'à l'arrivée de Christophe Colomb à Cuba , l'île comptait quelque 300 000 aborigènes. Ils étaient pacifiques et amicaux et ont été regroupés en trois groupes principaux: les guanatahabeyes et les siboney (non potiers) et les taínos (potiers).


Le climat noble, la flore variée avec des aliments naturels abondants allant des fruits aux tubercules qui font toujours partie du régime alimentaire des Cubains, comme la patate douce et le manioc, et l’absence d’animaux dangereux, ont particulièrement favorisé la viedes premiers habitants de la région. archipel Alors seulement les ouragans - dont le pas était évidemment impossible à prédire - constituaient une menace pour la vie, mais même devant eux se trouvait l’abri protecteur des grottes .


Bien que la culture autochtone ait été pratiquement exterminée, sa présence est toujours reconnue dans les aliments typiquement créoles, tels que l’ajiaco, un ragoût de viande, de tubercules et de légumes; et le casabe, une sorte de gâteau au manioc. Sa langue est toujours utilisée pour nommer des lieux de la ville de La Havane, tels que Uyanó (aujourd'hui Luyanó), nom qui désigne un ruisseau et un quartier de La Havane; Guasabacoa, nom d'une des criques de la baie de La Havane; et Guanabacoa, territoire qui, dans la langue autochtone, signifie peuplé de collines et de sources et où très peu de ses descendants se mêlent à d'autres cultures.


[...]


Population de Cuba

Parmi les différentes théories existantes sur la façon dont les Caraïbes ont été peuplées, et en particulier Cuba, figurent:

1. Entrée des terres d'Amérique du Sud, par l'arc d'îles situées devant les côtes du Venezuela, en profitant des courants marins, des vents et de la sortie vers la mer de l'Orénoque. Ou bien dirigez-vous vers la mer jusqu'aux Caraïbes en empruntant la rivière Magdalena, en Colombie.

2. Possibilité d'arriver à Cuba depuis le delta du Mississippi et la péninsule de Floride, en passant par les Bahamas ou même directement.

3. Route en relation avec l’Amérique centrale, en particulier la zone située entre le Belize et le Honduras, dont les courants marins et aériens pourraient avoir favorisé la navigation à l’intérieur des Caraïbes et l’approche des petites îles voisines.


Périodisations

Les périodisations des cultures autochtones cubaines sont diverses et constituent une controverse non résolue. Pour sa détermination, le mode de vie et de production, la région géographique, les sites aux caractéristiques exceptionnelles, les outils, l'apparence physique, etc. ont été pris comme point de départ.


Dans le texte Eléments de géographie et d’histoire ancienne et moderne de Cuba , de [[José María Latorre]] (XIXe siècle), les communautés autochtones de l’île sont classées selon la région dans laquelle elles vivaient: celles de l’est sont belliqueuses ; ceux du centre, pacifiques et effrayants; ceux de l'ouest, impoli.


[[Fray Bartolomé de las Casas]] a légué le concept selon lequel il existait des habitants sauvages, appelés Guanahatebeyes et d'autres, appelés zibuneyes ou siboney, selon leur mode de vie; à propos des Taínos, il dit qu'ils viennent de [[Hispaniola]]. La classification du XIXe siècle qui prédomine divise les habitants précisément en Taínos, Ciboneyes et Guanacas.

Plusieurs Américains qui se sont rendus à Cuba se sont intéressés aux études archéologiques et se sont aventurés dans des expéditions dans la plus grande des Antilles. L'un d'entre eux, Jesse Walter Fewkes, a classé les villes de l'ouest, de l'est et les habitants des cayerías du sud et du nord de Cuba à Taínos, pêcheurs de clés et de troglodytes. Pour lui, il y avait deux groupes distincts: les premiers colons, qui étaient comme des sauvages, et ceux qui avaient atteint un niveau supérieur, de [[Porto Rico]] à [[Haïti]] ou de La Española.


Dans [[1912]], le français H. Beauchat, dans le Manuel d'archéologie américaine , expliquait que les cultures de l'île de Cuba pouvaient être classées en guanacabibes, chibcha ou guetare, calusa ou timuka, aruaca ou taine et les Caraïbes. Mais cette nomenclature présentait des idées fausses.


Dans [[1921]], [Mark Raymond Harrington] a présenté l’œuvre Cuba avant Columbus , dans laquelle il explique qu’il avait vécu à Cuba deux cultures: un ciboney-guanahatabey primitif et Taino, avec un niveau de développement plus élevé, des Meilleurs ustensiles


En [[1913]], [Juan Antonio Alejandro de Jesús Coscuelluela y Barreras]], nommé ingénieur en chef du projet de dessiccation et de démarcation des terres marécageuses du [[marais de Zapata]], s'aventure dans le champ de archéologie et anthropologie. Sur la base d’études menées dans différents lieux, de l’anthropologie physique, des méthodes d’enfouissement, des investigations archéologiques et zooarologiques, de l’analyse de pièces lithiques et de coquillages, il établit les itinéraires de migration possibles, la composition des habitants et propose de classer la population. Autochtone cubain à Guanahatabeyes, habitants peu développés à l’ouest; aruacos, dans les territoires centraux de Cuba, d'origine caribéenne; et les Taínos vers l'est, en provenance du continent. Des années plus tard, il rectifia ses postulats,


Dans l’ouvrage Origins of the Tainan Culture , Sven Loven propose la classification suivante: Guanahatabeyes, Ciboneyes ou Lucayos et Taínos.


En [[1926]], Carlos García Robiou définit dans sa thèse d'opter pour le diplôme universitaire de docteur en sciences naturelles, idée des cultures précolombiennes de Cuba. La première période d’explorations archéologiques: travaux de Miguel Rodriguez Ferrer , l’existence de quatre cultures, la première, originale ou primitive, à faible développement, appelée ciboney; la seconde, légèrement plus avancée que la précédente, et la troisième, taino, avec une agriculture et une poterie prospères et un riche trousseau. La quatrième culture serait celle qui correspond aux Caraïbes, qui, selon Robiou, ne vivaient pas à Cuba mais s’aventuraient dans ses côtes.


Elías Entralgo, auteur du schéma de sociographie Indocubana (1937), a classé les aborigènes cubains selon les courants conceptuels de l'époque, à Guanahatabeyes ou à Guanahatabibes ou Guanacabibes, Exbuneyes et Taínos.


Le professeur titulaire de sociologie Roberto Agramonte, dans son livre Sociology (1940), divise les sociétés préhispaniques en fonction de la structure économique sur laquelle reposent la structure politique, familiale et religieuse. Il a nommé le complexe agraire de Taino et l'a divisé en sous-complexes en fonction de la présence de manioc, de maïs, de tabac, de feu, de tissu et de fil.


En 1940, deux professeurs de l'Université de Yale sont arrivés à Cuba: Irving Benjamin Rouse et Cornelius Osgood. En 1942, ils publièrent les ouvrages Ciboney sur la culture de Cayo Redondo et Archéologie des collines de Maniabón . Rouse et Osgood ont proposé de maintenir la subdivision proposée par Harrington de Taino et Subtain. La culture Ciboney la divise en deux périodes: le début du Guayabo blanc et le fin de Redondo Cay.


Dans [[1943]], [[Fernando Ortiz]] décrit, dans les cultures indiennes de Cuba et des quatre cultures indiennes de Cuba, l'existence de quatre groupes: Aunabey Guayabo Blanco, Guanajatabey ou Cayo Redondo, Baní et autres dépôts ou Ciboney, et Nouvelle ville ou Taino.

Pour [[Felipe Pichardo Moya]], il y avait trois indocultures bien différenciées: les guanahatabeyes ou cultures archaïques, caractérisées par le fait qu’elles avaient des instruments rudiment en coquillages et vivaient dans des grottes; Ciboneyes ou indocultures côtières, sculpteurs sur pierre; et Taínos ou cubain indoculture des plateaux, avec déformation crânienne, agriculture et céramique développée, maîtrise du bois et polissage d'objets en pierre tels que des haches de pétaloïdes.


Dans l'oeuvre La Caleta: joyau archéologique antillais (1946), René Herrera Fritot et Charles Leroy Youmans reviennent au schéma traditionnel guanahatabeyes, qui correspondrait au guayabo blanc du marais de Zapata; Les Ciboneyes, vestiges du Plurial, les artefacts de Cayo Redondo et le matériel collecté dans les clés septentrionales de la région centrale; et Taínos, ceux avec le développement agricole, font la boue, font une poterie utilitaire et rituelle et déforment le crâne.


En [[1950]] a lieu la table ronde des archéologues des Caraïbes. Dans ce cas, il est approuvé de classer les complexes dans les cultures préhispaniques. Il a été pris pour un accord de ne pas utiliser les termes archaïque, paléolithique, mésolithique et néolithique, et d'utiliser, selon l'ordre de l'antiquité, les périodes I pour la coquille, II pour la pierre et III pour la poterie. Le complexe culturel I était caractérisé par un trousseau rustique en coquillages et en pierres, des villages isolés et proportionnels aux résidents. Complexe culturel II pour la fabrication d’ustensiles en coquillages, en pierre et en bois, ainsi que d’objets fabriqués avec des arêtes de poisson et des vertèbres. Complexe culturel III dominé par la poterie, la sculpture sur bois et les interrelations possibles entre les représentations des hommes, des animaux et des plantes; Ils possédaient l'agriculture et connaissaient leurs techniques. Ils ont fabriqué des objets en os. Ils avaient des colonies plus stables et construisaient des maisons de différentes manières. Ils ont fabriqué des fibres et des tissus. Ils pratiquaient la déformation crânienne frontale, occipitale-oblique, mais pas tous les habitants.

En [[1964]], le professeur René Herrera Fritot, qui travaillait à l'Académie des sciences de Cuba, postule une nouvelle classification: le groupe céramique et non céramique. Il établit également quatre sous-périodes: pré-Taino, Taino précoce, Taino moyen, Taino tardif. Le même jour, le département d'anthropologie de l'Académie conçoit un autre modèle, en fonction du niveau de développement: les producteurs de poterie, qui incluent les cultures Taíno et subtaíno; et des collecteurs non céramiques, pour les ciboney Guayabo Blanco et l’aspect Cayo Redondo.


En [[1965]], l'archéologue [[Ernesto Tabío Palma]] et l'historien [[Estrella Rey Betancourt]] jettent les bases d'une périodisation marxiste des cultures préhispaniques cubaines dans son ouvrage Préhistoire de Cuba . Ils divisent les communautés aborigènes de Cuba en producteurs de poterie (associés au groupe culturel aruaco dans lequel se trouvent Taínos et subtaínos), à une agriculture naissante sans poterie (ciboney de type Cayo Redondo) et en chasseurs-cueilleurs non en céramique (ciboney de type Guayabo Blanco). Plus tard, ils ajustent ce système au niveau de développement socio-économique et, dans le cas des producteurs de poterie aruaco, ils ajoutent à la division de Taínos et Subtaínos, un nouveau groupe culturel appelé Mayarí, qui avait une agriculture naissante et était un potier.

[[Manuel Rivero de la Calle]] apporte une nouvelle nomenclature, dans laquelle il n'incorpore pas les subtaínos, dans le livre Cultures aborigènes de Cuba (1966): groupes non céramistes (guanahatabeyes et ciboney) et potiers (Taínos).


En 1979, lors de la IVe Conférence archéologique de Cuba et des Caraïbes, Tabío Palma propose une périodisation sur les cultures préhispaniques de Cuba, fondée sur un examen des paramètres évolutifs et une analyse de la base économique, en trois étapes: Les premiers, pré-Agroalrera, sont des groupes qui ne pratiquent ni l'agriculture ni la céramique et ne pratiquent que la collecte, la pêche et la chasse mineures, qui correspondent à trois phases: précoce, avec ustensiles en pierre taillée, grands couteaux, grattoirs et burles; phase intermédiaire, Guayabo Blanco ciboney, avec monticules ou résidus, objets façonnés en pierre, coquillages, percussions, pilons et gouges; et phase tardive, ciboney Cayo Redondo, avec outils en pierre, mortiers, pilons, poignards et boules lithiques.


La seconde, protoagrícola, avec une céramique naissante, peu décorée ou non et une prédominance de la microlítica; Ses phases font référence à des lieux géographiques: l'un ancien, Playita Canímar, à Matanzas, et Aguas Verdes, à Guantánamo, tandis que ce dernier recevait les dénominations d'Arroyo del Palo, Mayarí.


La troisième étape, agroalfarera, concernait les groupes qui avaient atteint le plus haut niveau de développement, les Taínos, dotés de céramiques de pointe, pouvant servir à la fabrication de casabe et autres et à la maîtrise des techniques agricoles. Cette périodisation a été adaptée et enrichie par [Ramón Dacal Moure] et Manuel Rivero de la Calle, en [1986], lorsqu’ils ont préparé l’œuvre Archéologie autochtone de Cuba .


En [[1994]], dans le premier chapitre du livre Historia de Cuba. La colonie: évolution socio-économique et formation nationale. Des origines à 1867Les archéologues Lourdes Domínguez, Jorge Febles et Alexis Rives, appartenant au Centre d’anthropologie, ont proposé une table chronologique dans laquelle ils localisaient les stades classiques et leur équivalent culturel. En ordre décroissant, ils apparaissent: Néolithique (communauté développée de la gentilicie); producteurs de poterie (Mayari); vers l'an zéro, début de l'élaboration de la céramique, cultures végétales naissantes (Canímar et Aguas Verdes); la communauté primitive, archaïque, mésolithique gentilicia (Ciboney Cayo Redondo et Ciboney Guayabo Blanco) et, enfin, la communauté primitive gentilicia, chasseurs, qui correspond au paléolithique, protoarcaique (Seboruco).


Toujours en [[1994]], les chercheurs Alexis Rives, Jorge Febles et Gabino La Rosa proposent pour l’ Atlas archéologique national l un autre modèle, mélangeant une variante de la classification antérieure avec celle de Tabío Palma: agroalfarero, en tant que communautés de tradition néolithique. ; protoagroalfarero, communautés de tradition néolithique naissante; preagroalfarero, communautés de tradition mésolithique et paléolithique.

Dans [[1997]], Lilián Moreira de Lima définit les cultures préhispaniques dans son texte La société communautaire de Cuba , en fonction des caractéristiques économiques et sociales, dans quatre types de communautés: celles qui avaient la chasse comme nourriture fondamentale, celles qui promouvaient exploitation de la pêche, ceux qui ont fait l’agriculture naissante et ceux qui ont atteint un degré plus élevé de développement agricole. c’est-à-dire des communautés de chasseurs, de pêcheurs, d’éleveurs et d’agriculteurs sporadiques.

Dans le livre Aboriginal Archaeology. Santiago de Cuba , de José Jiménez Santander, propose une périodisation basée sur les postulats de Tabío et de Guarch, qui divise la première étape de l'appropriation en trois périodes historiques: la première période, la période intermédiaire et la période intermédiaire ou secondaire. La deuxième étape de la production la divise en deux périodes: la période tardive et la dernière période.


Enrique Alonso, Gerardo Izquierdo et Ulises González, de l'Institut d'anthropologie de Cuba, définissent une formation socio-économique pour les appropriateurs de prétributions et une autre pour les producteurs tribaux. Pour eux, la culture n’est pas le facteur déterminant, mais ils établissent que les communautés autochtones dans l’histoire de Cuba sont structurées par étapes économiques. la protoarchie; paléoarchique; Les paléoindiens, les preagroalfareros; communautés preagroalfareras de tradition paléolithique et chasseurs de la variante culturelle Seboruco. Appropriateurs moyens, Guanahatabey; Siboney; Ciboney; Auanabey; Complexe I et complexe II; culture côtière et culture cavernicole; Guayabo Blanco et Cayo Redondo preagroalfareros de la phase ciboney; variantes culturelles Guanahacabibes et Guacanayabo, phase pêcheurs cueilleurs; archaïque; mésolithique; Méso-indien et communautés de tradition mésolithique. Détenteurs tardifs, groupe culturel Mayarí; phase formative, protoagrícola et protoagricultores, variante culturelle Canímar et Mayarí. Producteurs, Indiens de la même île; les taínos; complexe III; Taínos et subtaínos, agroalfareros, agriculteurs du stade de l’économie productrice, intégrés par les variantes culturelles Damajayabo, Baní, Jagua, Cunagua, Bayamo et Maisí, néolithique et agroalfareros de tradition néolithique.


Guanatahabeyes


Ils appartenaient à la phase la moins avancée des cultures autochtones cubaines et sont considérés comme les habitants les plus primitifs du pays. Bien que très répandus, les premiers Européens arrivés à Cuba ont été confinés à l'extrémité ouest de l'île, dans la région de Cabo de San Antonio .


Des références historiques indiquent qu'ils utilisaient comme abri des cavernes et des abris semblables à la roche, et qu'ils se nourrissaient de poissons et de mollusques marins ainsi que de quelques fruits récoltés.


Dans une lettre de Diego Velázquez du 18 avril 1515 , il est écrit:

Les maisons de ces guanahatabibes sont sauvages, car elles n’ont ni maison, ni sièges, ni villages, ni terres agricoles, ni ne mangent autre chose que de la viande dans les montagnes, des tortues et des poissons.

La gouge à coquille - son instrument principal - ainsi que des vases, des marteaux, des pics et même des ornements d' escargots ont été retrouvés dans les résidences de Guanahahabeyes à Cuba, et dans une moindre mesure, des couteaux à silex et d'autres outils en pierre censés être utilisés pour broyer et préparer Viandes et quelques repas.


Siboneyes


Plus avancés que les Guanahahabeyes, les Siboney ont réalisé des formes symétriques et une finition plus aboutie de leurs différents instruments.


Dans la plupart des cas, ils ont été obtenus à partir d'obus ou de pierres pour construire des mortiers, des marteaux, des pilons, des cuillères et des instruments de coupe.

Vers l'an 1500, ils se trouvaient dans le nord principal de l'actuelle province de Villa Claraet dans les îles du nord connues sous le nom de Jardines del Rey . Ils ont également habité toute la bande côtière sud de la région centre-est jusqu'au golfe de Guacanayaboet l'archipel des Jardines de la Reina , principalement dédié à la pêche. Cependant, du point de vue archéologique, les érudits leur attribuent une présence presque répandue dans tout le pays.


Tainos

À l'instar de leurs proches, les Siboney (qui, selon les chroniqueurs de l'époque, ont été subjugués) venaient de l'île voisine d' Hispaniola , aujourd'hui commune à la République dominicaine et à Haïti . Situés principalement dans le centre et l'est de Cuba, les Taínos ont promu l'agriculture et la poterie, où ils ont atteint un niveau de développement élevé. Leurs villes communales structurées par caneyes et bohíos , indistinctement, étaient petites mais bien organisées et le chef était la plus haute autorité.


Le travail a été distribué au profit de tous et, par conséquent, pendant que les hommes allaient à la chasse et à la pêche, pour lesquels ils avaient déjà des filets en coton tissé et des hameçons en épines, les femmes contribuaient de manière décisive à l'ensemencement. Cultures et cultures. Ils se sont également vu confier la production de poterie, à des fins utilitaires principalement des casseroles, des burenes et autres, qu’ils utilisaient pour cuisiner.


On sait qu'ils ont cultivé le chili , l' arachide , la patate douce, le yucca, à partir duquel ils ont produit la casabe - un gâteau de ce tubercule similaire au pain que l'on mange encore aujourd'hui à Camagüey et dans l'est du pays pour accompagner les viandes; le coton qui sert à faire des hamacs et des réseaux ainsi que le maïs et le tabac à priser , qui ate de préférence associée à diverses cérémonies.

Un grand nombre d'instruments de pierre tels que mortiers, marteaux et haches ont été découverts , ainsi que des idoles de nature lithique différente mais d'une grande beauté et perfection, ainsi que des bancs de type bois précieux appelés dujo qui utilisaient les caciques.

Ils ont également développé la vannerie et la corde. En raison de son emplacement dans l'est du pays, les Taínos étaient les plus étroitement liés aux processus difficiles de conquête et de colonisation.

Avec le début des distributions et des parcelles en 1514 , ils ont été soumis à des efforts extraordinaires d'exploitation, de construction et de travaux agricoles. Travail forcé, massacres, suicides en masse pour se sauver de la cruauté avec laquelle certains conquérants ont rempli leur mission, l'exode vers les îles et les îlots environnants, ainsi que certaines épidémies de maladies atypiques jusque-là, ont considérablement décimé la population autochtone , dont les seuls descendants à Cuba se trouvent dans des quartiers complexes de Guantanamo, près de Yateras .


L'histoire comprend des affrontements organisés contre les Espagnols et les noms des chefs Hatuey et Guamá , en tant que premiers rebelles cubains.


Cimetières autochtones

Les cimetières autochtones sont sans aucun doute d'un grand intérêt pour l' archéologie . Par conséquent, leur étude permet d'approfondir considérablement la meilleure connaissance des premiers colons qui ont habité la région, mettant à jour de nouvelles découvertes sur différents aspects somatiques. et pathologiques, ainsi que leurs coutumes funéraires et les caractéristiques physico-anthropologiques de leurs premiers colons, dont on disposait initialement de peu d'informations.


Sur l'île, avec l'avancement des travaux sur le terrain menés depuis de nombreuses années, certains sites précédemment signalés de ce type ont été étudiés et d'autres ont été découverts. Plusieurs cimetières autochtones sont actuellement connus, parmi lesquels: El Chorro de MaitaHolguín ) [1], la Cueva de la SantaLa Havane ), la grotte du Perico 1Pinar del Río ) , le site Canimar AbajoMatanzas ), la grotte Calero et enfin les sites Marien 2 et Bacuranao La Havane .


Des membres du groupe de spéléologie de Guamuhaya ont participé aux fouilles archéologiques effectuées dans ces deux derniers cimetières autochtones, ainsi que des membres d'autres groupes et archéologues déjà expérimentés du Centre d' anthropologie du ministère des Sciences, de la Technologie et de l'Environnement ( CITMA ).


Site de Bacuranao

En août 1997 , la cinquième campagne de fouilles archéologiques a eu lieu sur ce site situé dans la Cueva del Infierno , municipalité de La Havane à San José de las Lajas . A cette occasion, les restes de quatre personnes ont été retrouvés. Les inhumations concernaient deux adultes et deux enfants, l'un d'eux, un mineur, a été extrait en bloc pour être exposé au musée local.


Cette fouille s'inscrivait dans la continuité de celle de 1995 , qui a abouti à la découverte d'un grand cimetière autochtone où 54 os complets ont été extraits. À cette occasion, la découverte incluait des ossements de 66 personnes, dont 57 âgées de moins de quatre ans, dans le cas de communautés de pré-agro-poterie à la tradition mésolithique qui peuplaient la région, avec une économie d’appropriation.


La grotte de l'enfer n'était pas seulement utilisée par les communautés de ce degré de développement uniquement pour enterrer leurs morts, mais aussi comme lieu d'habitation selon les résultats de la dernière campagne, dans laquelle la présence de trois grands poêles utilisés était détectée pour la cuisson des aliments. D’autre part, d’autres groupes gentilicios plus développés ont également utilisé, apparemment à d’autres fins, cette grotte, qui serait également un lieu de chasse pour des groupes de poterie agricole de tradition néolithique, ayant trouvé de nombreux fragments de récipients en céramique .


Marien site 2

Depuis les années 50, l'existence du site connu de Marien 2 est connue grâce aux travaux sur le terrain du groupe de Guamá à cette époque et aux travaux menés par le défunt archéologue cubain Ernesto Tabío . Le site de Marien 2 est situé très près de la baie de Mariel , dans une grotte.


En 1992 , la première campagne de fouilles archéologiques de ce site a été réalisée, à partir de laquelle des restes de 50 personnes ont été exhumés, dont 11 adultes, 2 subadultes et 37 enfants. Certaines sépultures primaires et secondaires ont été extraites et, selon les mots du Dr Gabino La Rosa , responsable des fouilles, une relation très intéressante pourrait être vérifiée dans les pratiques sépulcrales. En effet, pratiquement tous les adultes étaient accompagnés d'enfants vision des aspects sociaux et culturels de ces groupes.


En mars 1998 , la deuxième campagne de fouilles a été menée sur ce site. À cette occasion, 10 sépultures ont été réalisées, la plupart étant des enfants. Il a été possible de vérifier que la cavité possède à gauche une zone bien définie et délimitée qui a été utilisée pour les sépultures. , tandis que la zone de droite était habitée et qu’on trouvait un immense poêle avec les restes abondants de l’alimentation de ces groupes qui cueillaient, chassaient et pêchaient. Il y avait des restes de poisson , bivalves , coquilles de mollusques , jutías , etc.

A cette occasion, la présence d'offrandes dans les sépultures est confirmée, consistant en des tracts d' Isognomus alatus , et l'une des sépultures (sur la photo) avait une grande cigua près du crâne. De plus, en ce qui concerne les coutumes funéraires, des preuves suffisantes obtenues de ce cimetière et d'autres cimetières autochtones étudiés s'accumulent, ce qui permet de nier la fabrication généralisée à Cuba dans les années 1940 et 1950 de sépultures avec la tête tournée vers l'est. Les sépultures ont été retrouvées avec une grande différence d'orientation des corps sans trouver de répétition absolue. Sur cette photo, la flèche qui indique le nord n'est pas exactement orientée est-ouest et la tête n'est pas orientée vers l'est mais vers le ouest.


Toute la terre extraite a été passée à travers un tamis pour éviter la perte de petits os de phalange ou toute autre preuve possible de petites dimensions. Grâce à un criblage instantané, il est parfois détecté, par la présence de petites preuves, la proximité d'un enterrement, même lorsque l'excavatrice n'a pas remarqué, permettant à partir de ce moment, d'être encore plus méticuleuse et précise dans le travail


Sites archéologiques autochtones de Guanajay

Guanajay est une très ancienne municipalité dont la fondation date de 1650 , selon l'historien Luis Manuel Núñez, et qui aurait été fondée par les Espagnols sur un règlement autochtone. Le nom de lieu Guanajay lui-même est un terme aborigène, ce qui donne plus de vérité à la déclaration précédente. Mais cette ville ne portait pas toujours ce nom. Selon les anciennes chroniques, elle s'appelait autrefois Guamuhaya, un nom de lieu également autochtone.

Entre 1990 et 1995 , le recensement archéologique national a été effectué dans toute l'île par le Centre d'anthropologie de la CITMA (Ministère des sciences, de la technologie et de l'environnement). Le Dr Gabino La Rosa Corso, archéologue cubain bien connu qui a travaillé à la fois en archéologie autochtone et coloniale, a dirigé la province de La Havane sous l'autorité de chaque province. Mariel qui partage leurs frontières avec Guanajay.


Après la visite en 1991En ce qui concerne le Dr Gabino La Rosa, tout rapport de site ancien a été jeté à la source, aucune preuve matérielle cohérente n’ayant été trouvée lors de l’inspection. À partir de ce moment, intéressés par la révélation des secrets de l'histoire de Guanajuato, les membres du groupe de Guamuhaya ont commencé par des enquêtes archéologiques à Guanajay, en commençant par la carte topographique de la ville et en suivant les schémas de peuplement possibles, compte tenu des caractéristiques du territoire convenaient à cet effet, de préférence dans des endroits avec une source d’eau à proximité et dans des zones peu touchées par l’inondation des rivières ou des ruisseaux. Plusieurs levés de terrain ont été effectués dans différentes zones sans trouver de preuves de surface. Jusqu'au milieu de 1992, après de nombreuses recherches, les premières découvertes ont commencé.


Grâce à l'orientation méthodologique et aux conseils du Docteur Gabino, nous avons réalisé en 1994 le premier rapport de site archéologique. Par la suite, le groupe a été renommé Groupe spéléo-archéologique jusqu'en janvier 2001, date à laquelle il a retrouvé l'ancien nom du Groupe spéléologique. étant donné que les activités purement archéologiques ne font pas partie des objectifs de la Société de spéléologie de Cuba. Le groupe ne se consacre désormais plus qu'à la visite, à la préservation et à la protection des sites découverts et rapportés par le groupe.


Ainsi, à ce jour, trois sites archéologiques autochtones ont été découverts et signalés par le GEG, dont les preuves ont été analysées au Centre d'anthropologie de la CITMA. Parmi eux, deux sites en plein air, les deux colonies autochtones (Guanajay 2 et Jobo), et un dans une grotte qui est un camp de chasse (Guanajay 1).


La colonie autochtone Guanajay 2 présente un grand atelier de silex et constitue un site de Preagroalfarero de tradition mésolithique (mésolithique moyen), c’est-à-dire une communauté de gentilicia dotée d’une économie d’ appropriation. Les spécialistes ont donné la même affiliation au site Guanajay 1, tandis que le site Jobo est un Protoagroalfarero (mésolithique supérieur), une communauté qui travaillait dans l’agriculture et qui avait une poterie naissante. Ce site constitue jusqu'à présent le Protoagroalfarero le plus occidental du pays. Il s'agit du site le plus proche du genre, celui de Banes 2, situé dans la municipalité voisine de Caimito .


Le plus ancien règlement autochtone de Cuba


Le site archéologique Los Farallones de Seboruco, site le plus archaïque de la colonie aborigène de l'archipel cubain, constitue un vestige historique précieux pour le savoir humain. Il est situé dans la municipalité de Mayarí, dans la province orientale d'Holguín, lieu d'une extraordinaire valeur scientifique et culturelle. qui intègre essentiellement le patrimoine culturel du peuple cubain. [2]


Sa découverte, réalisée par le Dr Antonio Núñez Jiménez, chercheur décédé, date de 1939. La découverte a révélé la culture la plus ancienne de Cuba, qui remonte à environ six mille ans. Les premiers habitants de notre île appartenaient au groupe de protocole, qui ne connaissait pas l'utilisation de l'agriculture ni de la céramique et ignorait le vernis des pierres, mais ils connaissaient le secret de la sculpture sur bois. [2]


Leurs ustensiles de travail consistaient en couteaux, harnais, manutentionnaires et autres instruments faits de pierres de silex laquées, pièces longues et tranchantes qu'ils utilisaient dans leurs tâches de subsistance et les plaçaient dans la phase pré-agricole, car elle se divisait en trois phases appelées: Premiers, moyens et tardifs, les premiers correspondent aux résidences de Levisa et de Seboruco, caractérisées par l’industrie des laques et des pointes en silex. [2]


L’économie de ces groupes indocuans proto-arctiques, premiers habitants de Cuba, dépendait de la chasse, de la pêche et de la cueillette, de sorte que leurs communautés étaient généralement nomades. Dans le Seboruco Farallons, aujourd'hui monument national, on a trouvé des traces de bois sculpté, qui assume que sa fonction est dédiée à des activités rituelles correspondant à sa structure, car elles ressemblent à des sceptres. Selon des recherches, des groupes aborigènes de Proto-Arctique ont été abrités dans des grottes pour des pratiques nécrologiques. Les enterrements ont été faits avec un développement rituel; les corps les ont enterrés, plaçant des objets lithiques à côté d'eux comme offrandes funéraires. [2]


Seboruco est composé de plusieurs grottes où des pictogrammes sont apparus pour la première fois dans la partie orientale. Ils sont toujours en bon état et vous pouvez voir des dessins en noir et blanc avec un style plutôt abstrait et des traits linéaires très simples qui montrent l'art rupestre de notre culture préhistorique, considérée comme la plus ancienne manifestation artistique de notre pays. [2]


D'autres fouilles effectuées le 18 mai 1979, dirigées par Núñez Jiménez, accompagné de José A. Viciedo et Carlos Betancourt, ont apporté de nouvelles contributions d'une plus grande valeur pour continuer à clarifier l'ancienne culture aborigène. À une profondeur de 0,30 mètre, ont été découverts des os et d’autres pièces archéologiques révélant une partie de leur régime alimentaire. À la surprise des chercheurs, un squelette a été découvert que, malgré sa détérioration au fil du temps, sa position accroupie pouvait être reconstituée et que son appartenance à une femme de 13 ans aurait été estimée. [2]


Les Seboruco Farallones représentent une grande importance archéologique. Nous avons trouvé ici les sites Seboruco III, IV, V, VI et VII, ceux qui entourent la falaise et qui sont les seules zones qui semblent avoir été habitées jusqu'à présent. De plus, comme ils sont très homogènes, ils appartiennent au groupe proto Ancien de notre histoire aborigène. Farallones de Seboruco est internationalement reconnu pour être un lieu classique et typique de la recherche dans la région antillaise et en particulier pour notre pays. Il a un conclave de base dans l’environnement géobiologique et une pertinence culturelle indiscutable et indiscutable pour les générations futures et pour le développement des recherches qui y sont effectuées et qui ne sont pas encore terminées. [2]


Les étapes

Stade de préalgroalpharera (6000 à 1500 ne)

Il comprend tous les groupes autochtones cubains qui n’ont pratiqué ni l’agriculture ni la céramique. Autrement dit, leurs activités économiques ont été réduites à la cueillette de fruits, de tubercules, de racines sauvages ainsi que de mollusques terrestres et marins. Ils pratiquaient la pêche en mer et en rivière, ainsi que le petit gibier. Dans sa phase la plus précoce, il est possible que certains groupes aient pratiqué la chasse d'animaux d'une taille appréciable, ultimes survivants de la faune terrestre éteinte du pléistocène, ainsi que de certains grands mammifères marins.


Phase précoce (6000 an - 1000 an)

Les plus anciens aborigènes cubains sont inclus dans cette phase. Certains archéologues cubains les appellent "protoarchiques". Ces très vieux groupes autochtones ont été découverts au cours de la dernière décennie et, par conséquent, leur connaissance n’est pas encore très vaste.


Dans des fouilles effectuées en 1973 par des archéologues de l'Académie des sciences, conseillés par le Dr J. Kozlowski, de l'Université de Cracovie, sur le site de Lévisa I, découvert par nous en 1964, dans un abri rocheux des Farallones del Río Levisa - à une courte distance au sud des mines de Nicaro, province de Holguín - des instruments de pierre sculptés ont été retrouvés dans la couche la plus profonde de la fouille (c’est-à-dire faite de pierres très dures: silex, chert, calcédoine, frappés par l'homme avec une autre pierre, ils produisent des coquilles pointues, parmi lesquelles de grands couteaux, des grattoirs, des burles, etc.

Il est à noter que cet ensemble d'artefacts en pierre ne correspond en aucune façon au trousseau des groupes autochtones cubains que nous connaissions jusque-là. Dans cette couche plus profonde, ont été retrouvés des fragments de charbon de bois de très vieux poêles qui, soumis à une analyse au radiocarbone (C-14) dans un laboratoire de physique nucléaire, ont jeté une date de cinq mille cent quarante ans . Calibré cette date par des méthodes encore plus précises nous a donné une date très proche de six mille ans.

Ces instruments sont composés de grandes laques, feuilles et pointes, ainsi que de grands noyaux de pierre.


En ce qui concerne l’arrivée à Cuba de ces hommes primitifs, il est très intéressant de noter que, selon nos études menées en 1979, le niveau de la mer était alors à une vingtaine de mètres au-dessous du niveau actuel. La configuration côtière de certaines îles des Caraïbes, notamment des Bahamas et de Cuba, était très différente de celle que nous voyons sur les cartes géographiques actuelles, mais il s’agissait toujours d’îles distinctes les unes des autres. La géologie nous dit que l'union des îles des Caraïbes avec les régions continentales s'est produite il y a plusieurs millions d'années; Par contre, les calculs les plus audacieux des spécialistes concernant la présence de l'homme en Amérique ne dépassent pas cinquante mille ans. Ensuite, ces premiers Amérindiens devaient arriver aux Antilles,


Bien que l’on ait beaucoup étudié la question de l’origine de ces anciens aborigènes cubains et des itinéraires qu’ils ont empruntés pour se rendre sur nos côtes, c’est quelque chose que nous ne savons pas encore avec certitude. Trois itinéraires potentiels sont toutefois indiqués: a) du sud-est des États-Unis aux Bahamas et de là à Cuba dans la mer des Caraïbes, jusqu'en Jamaïque et de là vers Cuba, et c) de la côte nord-est du Venezuela jusqu'aux petites Antilles, puis dans les grandes Antilles jusqu'à leur arrivée à Cuba. Les recherches futures clarifieront sûrement ce problème intéressant auquel nous sommes confrontés aujourd'hui.


Un autre site archéologique qui correspond également à cette phase précoce (ou proto-archaïque) du stade de Preagroalfarera est celui des Seboruco Farallones. Il est situé à cinq kilomètres au sud-sud-est de la ville de Mayarí, dans la province d'Holguín.

En 1943, le Dr Antonio Núñez Jiménez découvrit ce site et procéda à des fouilles. Dans les années 1960 et 1970, des archéologues de notre Académie des sciences l'ont explorée et fouillée à diverses occasions. Maintenant, en raison de leur importance, nous allons nous référer spécifiquement aux fouilles qu’ils ont effectuées en 1978. Ces travaux ont fourni des données précieuses sur certains aspects de la culture de ces indocubans primitifs, ainsi que sur l’environnement écologique, y compris celui géologique. Dans le matériau collecté, des artefacts en pierre sculptée apparaissent. Ils constituent le type le plus vaste et le plus primitif trouvé dans notre pays jusqu'à cette date. Dans la littérature archéologique publiée jusqu'à présent sur les Antilles ou l'Amérique centrale, des artefacts en pierre similaires ne sont pas connus. Ces instruments sont constitués de grandes laques, de feuilles et de pointes,


Il a été possible de constater l’existence de plusieurs étapes de développement dans la technique de fabrication d’outils en pierre sculptée. Un résultat important a été de découvrir la source d'approvisionnement en silex d'où les hommes primitifs qui habitaient le site de Seboruco ont obtenu la matière première pour fabriquer les outils en pierre avec lesquels ils ont chassé et travaillé le bois.


Un des problèmes qui a été soulevé, parmi les résultats de ces fouilles - en ce qui concerne la chasse -, était la présence de grandes pointes de pierre taillées et son implication possible dans le vieux médium correspondant à ce site archéologique, dans la mesure où période (six mille ans ou plus) il y avait de grands mammifères marins sur la côte, les soi-disant " phoques tropicaux " ( Monachus tropicalis ) et, à l'embouchure des rivières, le lamantin ( Trichecizus manatus ) .


A cette époque également, il pourrait y avoir de grands mammifères terrestres à l'intérieur du pays, derniers représentants de la faune pléistocentrique; c'est le cas des grands paresseux (Megalocnus rodens) dont les restes osseux ont été retrouvés à une certaine fréquence, mais dont l'association avec des preuves humaines semble encore douteuse.

Malheureusement, aucune des expéditions sur le site de Seboruco n'a pu obtenir d'échantillons pour pouvoir dater ce site très intéressant via radiocarbone (T-14). Cependant, certains chercheurs estiment que l'âge de Seboruco, en particulier celui du plus jeune âge, pourrait être bien supérieur à six mille ou sept mille ans. Pour cela, ils reposent fondamentalement sur la typologie des grands outils de pierre taillée qui y sont apparus.


Phase moyenne (2000 à 1000 ne)

Le groupe culturel autochtone appelé Ciboney-Guayabo Blanc appartient à cette phase de la phase de Preagroalfarera. Ces aborigènes n'étaient pas connus; directement ou indirectement, par les conquérants espagnols. Le groupe porte ce nom car ses premières manifestations sont apparues en 1913 sur le site de ce nom, situé dans le marais oriental de Zapata, au nord-est de la baie des Cochons, sur la côte sud de la province de Matanzas.


Les aborigènes qui correspondent à cette phase moyenne des Preagroalfarera, en ce qui concerne leurs activités économiques, étaient des collectionneurs de fruits et de racines sauvages ainsi que de mollusques marins et terrestres; ils pratiquaient la pêche et le petit gibier (par exemple, des jutías). Leurs sites d’habitation se manifestent par des tas de déchets, dont la taille varie de la surface et des déchets de petite taille à de grands monticules atteignant plusieurs dizaines de mètres de diamètre et deux ou trois mètres de hauteur. Les preuves de ces hommes primitifs se retrouvent dans toute l'île, presque toujours dans des lieux côtiers. Parfois, ils vivaient dans des grottes et des abris rocheux, mais ils le faisaient aussi à l'extérieur.


Il existe de nombreux outils fabriqués à partir de la coquille de grands mollusques marins, tels que les gouges, avec lesquelles ils travaillaient le bois. La grande demeure située en face de la grotte de Funche, dans la péninsule de Guanahacabibes, à l’ouest de la province de Pinar del Río, constitue un exemple typique de pièce aborigène de cette phase intermédiaire. En 1966, les archéologues de l'Académie des sciences de Cuba y ont effectué des fouilles approfondies et détaillées.


Il y avait ce dépôt de déchets aborigènes d’environ quarante-six mètres sur son axe est-ouest et quarante-deux mètres sur son axe nord-sud, sa hauteur maximale étant d’un mètre et demi. À la suite de ces travaux, de nombreuses preuves constituées d'un grand nombre d'artéfacts en pierre et de coquilles de grands mollusques marins ont été recueillies, le tout étant facturé à l'état brut. Parmi les premiers se trouvent les marteaux et les marteaux, qui ont été utilisés pour écraser les semences; entre les deuxièmes, les gouges et les vaisseaux. Aucun outil de pierre sculpté n'a été trouvé.


L'examen des restes de nourriture a montré un grand nombre d'os de différentes espèces de jutias, de nombreuses coquilles de crabe et d'abondantes coquilles de mollusques marins de différentes tailles. Les échantillons organiques collectés sur ce site ont été analysés au moyen de carbone radioactif (C-14), qui a donné des dates d'un âge variant entre quatre mille et deux mille ans.


En ce qui concerne les pratiques funéraires pratiquées par les aborigènes du groupe Ciboney-Guayabo Blanco, typiques de cette phase moyenne, nous disposons de nombreuses informations sur différents sites; mais, à titre d'exemple, nous dirons que des archéologues de notre Académie des sciences ont fouillé durant les années 1971 et 1972 l'importante grotte funéraire connue sous le nom d'El Perico I, située près de Bahía Honda, province de Pinar del Río. Là-bas, ils ont exhumé environ 51 sépultures d’Autochtones de Ciboney-Guayabo Blanco. Quarante de ce total étaient de nature primaire, c'est-à-dire qu'ils avaient été enterrés directement dans le sol sans toucher à tous les restes des individus; onze étaient de nature secondaire, c'est-à-dire que le mort avait été enterré, mais que plus tard les aborigènes l'avaient déterré.


Les restes humains fouillés correspondaient à trente-trois enfants et dix-huit adultes. Il n'a pas été observé que les inhumations étaient orientées par rapport à un point géographique donné. Les sépultures primaires sont apparues dans les couches moyenne et tardive; celles secondaires, très anciennes et très recouvertes de poussière rouge obtenue à partir du minéral appelé hématite, formaient des particules et étaient bien broyées.

Tous les crânes collectés ne présentaient pas de déformation artificielle, caractéristique culturelle de tous les aborigènes pré-agro-poteries et proto-agricoles de Cuba.


Phase tardive (100 an - 1500 an)

Le groupe autochtone Ciboney-Cayo Redondo correspond à cette phase tardive de Preagroalfarera. Ce groupe culturel s’appelle ainsi car, en 1941, la première fouille systématique d’un site de ce complexe culturel a été réalisée à Cayo Redondo Cay, située le long de la côte marécageuse et de la mangrove très proche de La Fe, dans la baie de Guadiana. Partie nord de la péninsule de Guanahacabibes, province de Pinar del Río.


Les aborigènes qui correspondent à cette dernière phase de Preagroalfarera, en ce qui concerne leurs activités économiques, ont récolté des fruits, des racines et des tubercules sauvages, ainsi que des mollusques marins et terrestres; ils pratiquaient la pêche et le petit jeu de jutías et d'oiseaux. Ces hommes ont vécu sur tout notre territoire à partir de 100 ans av. n. e. jusqu'à l'arrivée des Espagnols; Cependant, il est probable que certains groupes ont continué à vivre jusqu'au dix - septième siècle dans des endroits reculés de notre archipel. Selon les chroniqueurs, ils ont eu très peu de contacts avec les conquérants. Leurs restes apparaissent généralement dans des sites côtiers et boueux.


Les principales régions de Cuba où se trouvent ses résidents sont la côte sud des provinces de Camagüey et de Las Tunas, ainsi que les régions entourant l'embouchure du fleuve Cauto, dans la province de Granma. Dans toutes ces régions, les témoignages laissés par ces indocubans sont très abondants.


Selon les témoignages obtenus par les archéologues, les outils utilisés par ces hommes sont constitués en premier lieu par des instruments en pierre tels que des pilons et des mortiers, utilisés pour broyer et broyer les grains et les graines de plantes sauvages. Certains de ces artefacts présentent une symétrie bilatérale et un bon état de surface. Ils font également bon usage des instruments en pierre sculptée, utilisant du silex, tels que des couteaux et des grattoirs. Les outils fabriqués à partir de la coquille de grands mollusques marins, tels que les gouges, utilisés pour travailler le bois sont abondants. L'utilisation faite par ce groupe de colorants minéraux est remarquable; par exemple, à partir d'hématite et de limonite, avec lesquelles ils ont obtenu respectivement des poudres rouges et jaunes.


Les pratiques funéraires de ce groupe humain étaient, dans certains cas, beaucoup plus complexes que celles des aborigènes correspondant aux phases précoce et intermédiaire du stade de Preagroalfarera; Les résultats des fouilles effectuées en 1941 par le Dr R. Herrera Fritot dans la grotte funéraire de Los Niños, à Cayo Salinas, dans la baie de Buenavista ou Caguanes, dans la province de Sancti Spíritus, sur la côte nord, en sont un exemple. Il y avait une sépulture collective intéressante de treize enfants, âgés de un à dix ans. Le Dr Herrera nous en a parlé: «À chaque squelette, ils ont placé une boule lithique, dont la taille est liée à l'âge de l'individu».


Les sépultures étaient disposées de manière plus ou moins circulaire, ayant pour centre un enfant, apparemment plus important, car il présentait comme offrande deux "daggers" en pierre et une boule de pierre, la plus polie de toutes. Ces "poignards" et ces balles de pierre semblent être étroitement liés aux sépultures des aborigènes de cette dernière phase de Preagroalfarera. Les crânes de ces hommes, comme ceux des stades précoce et intermédiaire de ce stade de Preagroalfarera, ne sont pas déformés.


Stade du protocole (100 an à 1000 ne)

La connaissance que nous avons des aborigènes qui correspondent à ce stade n’est pas très large, car ils ont commencé à étudier au cours des dix dernières années. On peut dire que cette étape est transitoire entre les étapes de Preagroalfarera et d’Agroalfarera; Dans ce document, certaines communautés autochtones cubaines présentent un trousseau qui correspond à la phase tardive du stade de Preagroalfarera, c’est-à-dire similaire à celui de Ciboney-Cayo Redondo, mais avec des preuves d’une utilisation limitée de récipients en céramique. , presque toujours petites et simples, par exemple, avec très peu de décorations, si elles en ont.


Dans ce trousseau, le "burén" n'apparaît jamais: gâteau en céramique utilisé par les agroalfareros autochtones pour faire rôtir du pain de manioc fabriqué à partir de manioc et qui, pour les archéologues, est une indication indirecte de l'agriculture de ce tubercule déjà bien développé. L'abondance de petits outils à pied sculptés: couteaux, grattoirs, burles, etc., que les spécialistes appellent "microlytique" est une autre preuve caractéristique de cette étape de Protoagrícola, en particulier à ses débuts et à ses étapes intermédiaires.


En 1964, un site est localisé: l’abri rocheux d’Arroyo del Palo, très proche de Mayarí, province de Holguín, où se trouve un. trousseau typique du Ciboney-Cayo Redondo qui correspond, on le sait, à la phase tardive du stade de Preagroalfarera, mais avec une présence très abondante de restes de récipients en céramique, parfois très décorés mais uniquement au moyen de simples incisions; des céramiques très différentes de celles observées au stade Agroalfarera de Cuba. Bien que nous ayons collecté de nombreux fragments de récipients en céramique sur ce site, pas un seul fragment de burguer n'est apparu. La même chose s’est produite dans d’autres localités de la province de Holguín: Mejías et Santa Rosalía I. À cette époque, nous pensions que ces vestiges correspondaient à une nouvelle culture autochtone de Cuba: ce que nous appelons le "Mayarí". Cependant, nous croyons aujourd’hui qu’en réalité,


Des études réalisées dans les années soixante-dix par l'archéologue Ramón Dacal, de l'Université de La Havane, sur les sites de Canímar et de Playitas, près de la baie de Matanzas, ainsi qu'à Aguas Verdes, sur la côte nord de la province de Guantanamo, Ils nous donnent ce qui semble être les premières manifestations du stade Protoagrícola.


Ces aborigènes semblent avoir habité l’ensemble de l’île, manifestant une certaine préférence pour les sites proches de la côte à leurs débuts, et à l’intérieur des terres à un stade avancé. La durée de l’étape de la Protoagrícola à Cuba est d’un peu plus d’un millénaire, à partir de l’an 100 environ . n. e. jusqu'à 1000  n. e. ; Comme vous pouvez le constater, il transcende le temps et le développement économique pour se rapprocher des pré-agroalfareras classiques et des manifestations précoces d’agroalfareras. Les crânes de ces hommes ne sont pas déformés.


Stade Agroalfarera (800-1500)

Dans cette courte phase, puisqu'elle ne couvre que sept cents ans, toutes les communautés autochtones cubaines dont l'économie de subsistance reposait principalement sur l'agriculture de racines, tubercules et céréales sont incluses; mais parmi ces cultures, le manioc prédominait et, un peu moins, la patate douce. Ils ont également pratiqué la cueillette, la pêche et le petit gibier. Cette étape correspond aux peuples autochtones les plus étudiés et les plus connus de Cuba.


Les systèmes agricoles pratiqués par les potiers agricoles de cette île, ainsi que ceux des autres Grandes Antilles, étaient au nombre de deux: celui du slash, le plus répandu, le plus ancien et le moins efficace, et celui des terrils, le Plus récent et plus efficace. La récolte consistait à défricher certaines zones des forêts, à abattre des arbres, à nettoyer les arbustes et à achever le nettoyage des terres au feu. Pour couper les arbres, ils ont utilisé les haches de pierre polie. Ensuite, ils ont enlevé avec un bâton pointu (le coa) la terre ainsi obtenue et y ont planté leurs cultures. Après deux ou trois ans, à cause de l'épuisement des sols, ils avaient besoin de nouvelles terres et devaient répéter les opérations déjà indiquées dans les zones adjacentes de la forêt vierge. Ce système a été utilisé depuis son arrivée à Cuba, vers le VIIIe siècle.


La culture des tas, semble-t-il, a commencé à être utilisée dès le onzième siècle. Cela nécessitait un terrain plat et dégagé de végétation naturelle. Avec le coas, ils ont enlevé le sol et soulevé de petits monticules de terre meuble, qui faisaient deux ou trois mètres de diamètre, formant des rangées et séparés les uns des autres de quelques mètres. Dans ces petites buttes, on a semé des tubercules de manioc ou des vignes de patate douce. Ce système de culture donnait des récoltes, par unité de surface, beaucoup plus grandes que celles obtenues par le système à barres.


Mais malgré la plus grande efficacité de la culture des tas, les aborigènes ont continué à utiliser la culture des pâturages, par exemple sur les pentes des collines, parce que les fortes pluies, dans ces conditions, ont traîné les semées de tas Les aborigènes du stade Agroalfarera utilisait à profusion les poteries bien développées, principalement sous la forme de récipients, qui servaient à la cuisson des aliments et à la conservation de l'eau, ainsi que des burens, qui étaient utilisés pour griller le pain au manioc fabriqué à partir de manioc râpé.


Les archéologues ont appelé ces agriculteurs et potiers indocubans "subtaínos" et "tainos", qui se préoccupent plus ou moins du développement socio-économique atteint par ces communautés, ainsi que de certaines caractéristiques qui présentent leur trousseau, principalement dans les éléments décoratifs de la céramique. .

"... mais parmi ces cultures, le manioc prédomine et les patates douces un peu moins; ils ont également pratiqué la récolte, la pêche et le petit gibier."


Les subtaínos et les taínos correspondent à la grande famille autochtone sud-américaine appelée "aruaca". Les chroniqueurs des Indes, principalement le père Las Casas et Gonzalo Fernández de Oviedo, nous ont légué de précieuses informations sur ces communautés primitives antillaises; mais ces travaux concernent presque exclusivement les aruacos, les agriculteurs et les potiers qui vivaient sur l’île de Hispaniola. Les commentaires portent naturellement sur la situation dans cette région au moment de la découverte et des premières années de l’année. la conquête.


En revanche, les travaux archéologiques réalisés depuis le siècle dernier, mais surtout ceux réalisés au cours des dernières décennies de ce vingtième siècle, nous fournissent des données de plus en plus précises sur ces communautés primitives. Nous savons ainsi que l’introduction de la céramique et de l’agriculture aux Antilles a eu lieu au début de notre ère, c’est-à-dire il ya quelques jours. les années Les peuples autochtones du groupe arúaco, au développement relativement important de l'agriculture et de la poterie, ont alors quitté la péninsule de Paria (sur la côte nord-est du Venezuela) et ont commencé à émigrer vers les Petites Antilles. Ils sont arrivés à Porto Rico vers 150 n. e. , d’où ils se sont progressivement étendus à travers les grandes Antilles et les Bahamas, sur une période de plusieurs siècles.

L'arrivée à Cuba des premiers groupes de sous-marins remonte à une antiquité bien plus grande qu'on ne le croyait il y a quelques années. La datation au radiocarbone (C-14) obtenue en 1963 par des archéologues de l’Académie des sciences de Cuba, dans une résidence de la région de Banes, dans la province de Holguin, a servi de base à des estimations permettant d’indiquer que l’arrivée de ces aborigènes à notre pays doit avoir eu lieu au huitième siècle .

Au cours de nombreuses années, les agriculteurs et les potiers autochtones se sont installés dans l'est et le centre de Cuba après leur arrivée d'Hispaniola. ils l’ont surtout fait dans la région de l’actuelle province de Holguin, où ils ont atteint leur développement démographique maximal.


Les archéologues des régions de Guantánamo, de Holguín, de Santiago de Cuba et de Gramna ont recueilli des témoignages matériels du groupe de sous-dénominations, très abondants. à divers endroits à Camagüey et Ciego de Ávila; et dans certains endroits de Cienfuegos, Sancti Spíritus et Villa Clara, et très peu dans celui de Matanzas. Ces matériaux ont été collectés à partir de résidus qui, en raison de leur magnitude, indiquent qu'ils sont de véritables sièges de colonies. En revanche, dans les provinces de La Havane et de Pinar del Río, seuls des vestiges de petites villes ou des preuves isolées ont été obtenus à ce jour. Seuls des objets isolés et occasionnels correspondant à ces groupes d'indocuban ont été trouvés sur l'île de la jeunesse. L’étude des sites d’habitation de ces agroalfareros autochtones, réalisée par des archéologues,


Bien que certains villages aient été construits le long de la côte, la plupart apparaissent à l'intérieur des terres, mais non loin de la mer. Sa chambre dans les grottes semble avoir été sporadique, mais celles-ci étaient principalement utilisées pour déposer leurs morts ou comme lieux de certaines cérémonies religieuses. Les maisons des agroalfareros autochtones, selon les chroniqueurs, avaient un corps cylindrique et un toit conique; les murs étaient formés de roseaux et les toits couverts de feuilles de palmier; ces maisons ont été appelées "caneyes" par les indocubans. Ils en ont également fait des rectangles, très semblables aux cabanes de nos paysans; mais cette forme n'était pas très fréquente. Ils ont également construit des hangars avec des bâtons et des toits de feuilles de palmier, qu'ils utilisaient, entre autres, pour protéger les canoës.


Les témoignages matériels trouvés dans les habitations de ces agroentrepreneurs autochtones montrent que leur trousseau était très abondant et varié. On y trouve un grand nombre de fragments d'artefacts en céramique, en pierre, en coquille et en os. Nous savons qu'ils ont utilisé le bois pour fabriquer divers objets, parmi lesquels des canoës se détachent; ils étaient des vanniers qualifiés et dominaient les techniques textiles; Les Espagnols nous parlent de la fabrication de hamacs avec des fils de coton, ainsi que d’autres objets utilitaires. Comme nous l'avons dit, les preuves en céramique sont très abondantes, avec des restes de récipients de tailles et de formes variées, certains très décorés, qu'ils utilisaient pour cuire leur nourriture et stocker de l'eau. Dans la majorité des cas,


Ces techniques n'incluent pas l'utilisation de peintures. Les autres artefacts en céramique très fréquents sont les burenes, constitués de disques en argile, dont le diamètre varie entre trente et soixante centimètres et une épaisseur comprise entre un et demi et quatre centimètres. La surface supérieure du disque était polie, sur laquelle ils déposaient la pâte de manioc râpée d'où le gâteau casabe sortait après la cuisson.


Les instruments de pierre sont nombreux et variés. Parmi eux, nous soulignerons les axes de la pierre polie, appelés "axes pétaloïdes". Comme nous l'avons dit, cet instrument était essentiel pour la préparation de leurs champs, mais pouvait également être utilisé pour la guerre. Certains, très bien finis, ont dû être utilisés à des fins cérémonielles. Celles-ci atteignent un haut degré de valeur esthétique.


Les marteaux ou les marteaux de pierre sont abondants. La plupart de ces instruments sont constitués de pierres ou de cailloux très durs, utilisés dans leur état naturel; Bien que certains aient des formes géométriques: cubique, discoïde et rectangulaire. Ils étaient employés pour battre ou écraser.


Les mortiers et les pilons en pierre apparaissent parfois; Ce dernier peut être évasé ou cylindrique et de différentes tailles. Ils apparaissent également dans le trousseau agroalfarero, sous une forme peu abondante, de très belles amulettes ou ornements. Parmi elles, les soi-disant "idoles de pierre" se distinguent, sous la forme d'entités anthropomorphes ou anthropozoomorphiques, c'est-à-dire avec des caractéristiques humaines et animales. Il s’agit presque toujours d’une silhouette humaine accroupie, les bras attachés sur les côtés et les mains sur le ventre.


Les organes génitaux masculins sont très visibles. Ces idoles ont un foret transversal, à la hauteur des épaules, qui doit avoir été utilisé pour les suspendre. Le matériau de pierre utilisé est; En règle générale, le quartzite et la jadéite, bien que certains faits aient été découverts concernant la carapace de grands mollusques marins ou des os d'animaux, tels que le lamantin.



En examinant les preuves de gaspillage alimentaire dans les résidus agroalimentaires, nous ne trouvons que des restes d’aliments d’origine animale, qui varient en fonction de nombreux facteurs, tels que la proximité ou non de la côte du site de la chambre, l’abondance ou le manque de certaines espèces. Faunic, etc. Mais, en général, nous trouvons des os de jutia, lamantin, oiseaux, poissons, tortues et autres reptiles, ainsi que des coquilles de mollusques, terrestres et marins; aussi des carapachos de crabes et autres crustacés.


Des preuves indirectes de l’alimentation des plantes sont fournies par la présence abondante, presque toujours, de fragments de céramique de burenes, ce qui, pour les archéologues, est révélatrice de l’agriculture du manioc.


Bien que le matériel osseux humain recueilli dans les sites de poterie agricole, subtain et taino, ne puisse pas être considéré comme très abondant, nos anthropologues physiques considèrent que tous leurs crânes apparaissent avec une déformation artificielle frontoccipitale, du type classé tabulaire oblique. Cette pratique culturelle de déformation crânienne n'apparaît qu'à Cuba, associée aux aborigènes du stade Agroalfarera. Les autres Amérindiens cubains ont un crâne normal, c'est-à-dire non déformé. [3]


Croyances religieuses

Avant la conquête et la colonisation de Cuba, la population autochtone n’avait pas un degré de développement comparable à celui d’autres cultures précolombiennes, telles que les Mayas, les Aztèques ou les Incas. Les indigènes de Cuba n'ont pas construit de grands temples ou de villes. Les plus avancés, les Taínos, ont construit des communautés appelées bateyes, avec des maisons appelées bohíos, caneyes et barbecues. Ils travaillaient dans l'agriculture et la pêche et ils étaient potiers. Ils avaient leurs propres croyances religieuses rudimentaires, mais ils sont difficiles à connaître car ils ne laissaient aucune trace.

L'une des manifestations les plus curieuses était la mythologie indigène elle-même, en particulier Taino, qui était loin des manifestations complexes des cultures mésoaméricaines. La mythologie Taino a été en grande partie basée sur le Soleil, la Lune, l'origine de la femelle et l'inondation. Certaines croyances suggéraient que le Soleil, la Lune et l'homme avaient émergé des grottes ou des grottes, peut-être parce que la plupart de leurs ancêtres n'avaient pas créé de colonies de peuplement et qu'ils avaient pu s'abriter du temps qu'il faisait dans les grottes. Leurs croyances religieuses étaient élémentaires et consistaient en une combinaison d' animisme , de cémiisme, de chamanisme ou de béhiquisme; le culte des ancêtres et le totémisme ou le gaspillage totémique. [4]


Animisme

C'était la croyance selon laquelle des objets inanimés possédaient une vie terrestre ou extraterrestre ou étaient dotés de certains pouvoirs magiques.


Cémiisme

C’était une croyance légèrement plus complexe, selon laquelle le cemi constituait un pouvoir surnaturel, mystérieux et énigmatique, une véritable divinité, qui contrôlait le destin de l’homme et de la nature dans ses manifestations les plus diverses. Les spécialistes considèrent que la mythologie autochtone a été intégrée par plus de 30 personnages, dont une quinzaine de dieux ou divinités et plus de 20 demi-dieux.


Selon certains spécialistes, Atabex, déesse mère de l'être suprême et déesse de la fertilité, se démarquait parmi les divinités; Boynay, dieu de la pluie; Maidabó, dieu de la sécheresse; Taiguabó, l'esprit de l'eau; Baibrama ou Mabuya, dieu maléfique et l'une des voix pour définir le mal; et d'autres demi-dieux, tels que Opía, une sorte d'esprit qui servait d'intermédiaire avec certains dieux.


Chamanisme ou behiquismo

C'était la croyance dans les pouvoirs magiques des behiques, c'est à dire les sorciers ou les prêtres. Ils avaient le pouvoir de parler avec les morts et de deviner l'avenir. Soi-disant, lors de différentes cérémonies religieuses, telles que le cohobao cojoba, les behiques maintenaient la communication avec l'autre monde.


Le cohoba consistait en l'absorption de la poussière de tabac par un tube en forme de Y, ainsi que d'autres jus de fruits et ragoûts aux herbes, après un jeûne pouvant durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Il a d'abord été pratiqué par le chef puis par toutes les personnes présentes, assis dans un silence respectueux. Quand tout le monde était ivre ou en extase, le behique répondait aux questions posées sur le passé, le présent et l'avenir, les maux ou les maladies, la naissance d'enfants et d'autres problèmes. En plus de leurs pouvoirs magiques, les behiques combinaient ces facultés avec celles de guérisseurs ou de médecins, qui jeûnaient avec leurs patients et buvaient les mêmes herbes ou purgatifs. Si les patients décédaient, ils devaient en quelque sorte endurer la fureur des proches du défunt.


Culte des ancêtres

Cela venait de la conviction que les morts, après avoir acquis cet état spécial, sont revenus dans le monde en tant qu'esprits et ont non seulement fait une apparition, mais ont aidé ou maudit des parents vivants. Chaque groupe familial avait le sien et le représentait sous forme d'idoles avec des figures humaines, des symboles magiques, des amulettes et d'autres objets consacrés.


Bien que les colons cubains pré-colombiens ou préhispaniques n'aient pas construit de temples à proprement parler, ils ont pratiqué des cérémonies festives et religieuses qu'ils ont appelées areítos.


C'étaient les célébrations par excellence des Taínos. Agglomérés dans le batey ou centre du village, ils dansaient et chantaient au son des tambours pendant de longues heures, sous la direction d'un maître de cérémonie appelé tequina, qui marquait à la fois le pas et le rythme et dictait le thème que le choeur répétait. Au cours de ces cérémonies religieuses, les généalogies des différents chefs et leurs œuvres les plus célèbres ont été récitées, les souvenirs du bon et du mauvais temps passés, et d'autres sujets d'intérêt pour la transmission du savoir oral de l'ancienne génération à l'ancienne. jeunes. Les chroniqueurs de la conquête ont indiqué que les aborigènes étaient de bons danseurs. Ils ont chanté à l'unisson et pendant que des centaines de participants dansaient et racontaient des histoires, le reste suivait le rythme de la danse et des chansons. et très peu avaient tort. Ces croyances et manifestations culturelles, de préférence Taínos, ont été assimilées par les Siboneyes, une ancienne communauté autochtone, bien que moins développée.


Totemisme ou déchets totémiques

C'était la manifestation d'un système de croyance selon lequel il existait une sorte de parenté surnaturelle entre un individu - ou même une partie ou la totalité d'une tribu de peuples autochtones - et un totem. Ces totems, en général, étaient des figures de diverses espèces d’animaux et, dans la minorité des cas, des plantes et des objets minéraux, considérés comme des emblèmes protecteurs de l’individu ou de la tribu, et parfois comme leur ancêtre ou leur parent. On s’assure que, dans certains cas, il y avait des totems spéciaux pour les chefs et les behiques; certains spécifiques à chacun des sexes et d'autres communs à tous les membres d'une tribu.


Les expressions des cérémonies autochtones et leurs coutumes funéraires considérées comme sacrées sont également intéressantes. Les funérailles indigènes, bien sûr, diffèrent grandement des formes ultérieures introduites par la conquête et la colonisation. Même ceux des cultures Siboney et Arauaco (Taínos et subtaínos) se distinguaient l'un de l'autre. Les plus connues - pour les conclusions et les preuves - sont les sépultures de Taíno. Dans la plupart des cas, ils ont enterré les morts dans une sorte de cimetière à l'extérieur des villages. Les cadavres, en général, étaient placés sur le visage ou les jambes ramassées. Dans les environs, il y avait des objets utiles pour la vie après la mort, notamment en raison de la croyance susmentionnée selon laquelle le défunt était revenu sous forme d’esprits. Protéger les familles.


Les maladies exotiques apportées par les conquérants et le travail impitoyable ont entraîné la disparition presque totale de la population autochtone de Cuba estimée à environ 300 000 habitants en moins d'un demi-siècle. De ce nombre, il n'en reste que 4 mille [5]

La fondation de la villa de San Cristóbal de La Havane a été réalisée sur les territoires de l'ancien chef aborigène Habaguanex. Bien qu'il ne reste aucun vestige de ces communautés autochtones, des preuves de leur existence dans différentes zones du territoire de l'actuelle ville de La Havane ont été découvertes. Il y a eu des découvertes autour de la rivière Santa Ana; à proximité de la plage de Santa Fe; sur la côte ouest de la ville, où certains objets de valeur ont été découverts, tels que les "dujes" ou sièges de cérémonie de behiques et caciques. Ces derniers sont exposés au musée de Montané, une des institutions de la ville de La Havane liée aux cultures autochtones. Des découvertes ont également été faites à Colinas de Villarreal, au nord-est de la baie de Havana; ceux de Rincon de Guanabo, à environ 28 kilomètres au nord-est de la ville; et à Jibacoa, un endroit encore plus éloigné, à environ 50 kilomètres à l’est de la ville et dans les limites de la province de La Havane"


Source : https://www.ecured.cu/Abor%C3%ADgenes_de_Cuba






  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram