De la vie à Cuba - Par René Lopez Zayas - Pollo por pescado (poulet pour poisson)



Pollo por pescao


En dépit d'être une île, le poisson est plutôt rare à Cuba aujourd'hui. Mais ça n'a pas toujours été comme ça. Au XIXe et au début du XXe siècle, la pêche était abondante et provenait principalement de la côte cubaine elle-même, mais il y avait aussi des bateaux qui pêchaient au Yucatan ou en Floride.


Les espèces les plus populaires étaient le vivaneau et le mérou, la dorade et la bonite, la morue et le marlin.

Il y avait aussi des crustacés, parmi lesquels les langoustes et les crevettes se distinguaient.


Même pour des dîners spéciaux comme la veille de Noël, le 24 décembre, on dit que de nombreuses familles riches préféraient faire cuire le vivaneau au four.


La pénurie de poisson à Cuba est devenue visible à partir des années 1990, lorsque le Ministère de la Pêche, aujourd'hui disparu, a annulé ses contrats de pêche dans les eaux étrangères, et vendu une grande partie de sa flotte de peur de la perdre, rouillée sur les quais.


Cependant, diverses sources situent l'origine de la crise actuelle aussi dans la surexploitation que l'État cubain a faite de la plate-forme insulaire cubaine entre les années 1960 et 1980.


L'impact a été immédiat. La pêche de plate-forme a réduit ses captures de 70 pour cent le long de ces dernières décennies.

Cuba place également comme causes de la crise la surchauffe et la salinisation des eaux, en plus de la pêche illégale, qui ne se fait pas toujours avec les moyens appropriés.


En effet, les pêcheurs connaissant la mer et les côtes locales considèrent que la dégradation environnementale de la plateforme insulaire a fait qu'il n'y a plus de grands bancs de poissons dans les mers cubaines.


La durabilité de ces rares bancs d'espèces dans nos eaux ne garantirait pas actuellement les volumes ou la permanence nécessaires pour fournir du poisson à plus de 11 millions de Cubains.


Ainsi, la consommation annuelle moyenne de poisson par habitant à Cuba est à peine autour de 4 kg. Cependant, cette valeur peut ne pas vraiment refléter le manque de poisson. Si le concept de «poulet pour poisson» était pris en compte dans ce par habitant, le chiffre réel pourrait être beaucoup plus faible, peut-être d'une valeur proche de zéro.


Le poulet pour poisson était une mesure prise par l'État cubain entre 1990 et 2017, qui a remplacé les 6 onces de poisson attribuées, une à deux fois par mois, à chaque cubain, par le biais du carnet de rationnement, par 6 onces de poulet.


Le poulet pour poisson est rapidement devenu un élément culturel de notre propre identité, l'objet d'innombrables critiques sarcastiques au point de s'en moquer dans le style créole le plus authentique.


Face à cette situation, le gouvernement a commencé à importer certaines quantités de poisson, notamment du Chili, pour les vendre à la population.


Ensuite, le poisson est entré dans la catégorie des ventes libres mais contrôlées.


Le règlement sur les produits établissait que, dans une famille d'une à trois personnes, un poisson était vendu, quatre à six personnes, deux poissons et avec sept personnes ou plus dans une famille, trois poissons étaient alors vendus.


Cette vente avait été également notée dans le carnet de contrôle que chaque famille aurait toujours pour la livraison de nourriture subventionnée.


De plus, le prix qui a été établi au départ était de 20 CUP la livre, mais ni le prix ni la qualité du chinchard, qui nous a été vendu, n'ont été bien accueillis par la population. C'est alors que la vente de chinchard frais a été lancée au marché libre au prix de 15 CUP la livre, pour disparaître à nouveau des commerces au début de l'année fatidique en cours.


Le poisson, cependant, ne manque pas sur le marché noir, bien qu'il soit souvent inaccessible en raison des prix élevés exigés par les pêcheurs. Le commerce informel ne satisfait donc pas non plus la demande. La pêche commerciale pour les petits pêcheurs Cubains était illégale depuis des décennies, ce qui, ajouté à la disparition du poisson en mer, rendait l'approvisionnement rare et excessivement cher.


D'autre part, l'approvisionnement des poissonneries de l'état, Mercomar, est limité, très occasionnellement, aux spécimens fluviaux tels que la tanche, le tilapia et le poisson chat, et de la mer, à un prix plus élevé et beaucoup plus sporadiquement, aux poissons tels que le lieu jaune et la bonite.


On trouve plus souvent dans Mercomar des croquettes au goût dit de poisson. En effet une grande majorité des poissons capturés à la fois en haute mer et par l'aquaculture est transformée en croquettes pour le commerce local.


Dans certains magasins à CUC ou encore plus récemment à MLC on peut assez facilement trouver du poisson congelé, il est vrai, mais à des prix exorbitants pour le commerce cubain et hors la portée de la grande moyenne de la population.


Cependant, les nouvelles à Cuba parlent d'une conformité excessive dans la capture de vivaneaux, de cubera, de langouste ou de crevette, qui sont des espèces qui abondent naturellement dans les mers de l'île, mais cela ne doit être vendu qu'à l'étranger ou au tourisme. C'est une stratégie commerciale historique de l'état cubain d'exporter un maximum de produits de la mer.


La distribution interne du poisson par l'Etat a toujours été discutable, car l'absence quasi absolue de ce produit dans les points de vente accessibles à la population suggère son transfert prioritaire et presque exclusif vers les hôtels et restaurants, où l'on peut trouver certainement du bon poisson cubain.


Dans le but de remédier à cette pénurie et de multiplier les possibilités pour les pêcheurs, au début de cette année, une loi sur la pêche (129/2020) a été mise en vigueur, elle tente également de mettre un terme aux pratiques illégales.


Les problèmes d'illégalité résident avant tout dans la pêche irresponsable, l'utilisation de palangres, de filets maillants, de casiers et de chaluts.


En effet, les pêcheurs illégaux utilisent principalement des engins de pêche plus gros, ce qui permet des captures massives nuisibles au fond marin, en plus de ne pas faire de discrimination entre les poissons plus gros ou plus petits.


Selon les chiffres officiels, il y a environ 2 500 pêcheurs illégaux à Cuba. Ils attribuent leurs prises principalement aux restaurants privés et beaucoup moins à ce secteur de la population qui peut accéder aux prix du marché noir.


S'il est vrai que les Cubains pouvaient déjà pêcher avant l'entrée en vigueur de la loi 129 sans avoir besoin de licences, cette activité avait été réduite à l'utilisation de moyens simples tels que cannes, moulinets, lignes et hameçons dans de petits bateaux, et ils n'étaient pas autorisés à vendre les captures.


L’autorisation des Cubains naturels à la pêche commerciale figure parmi les changements les plus importants de la nouvelle loi, qui est basée sur la nécessité de réglementer les activités de pêche pour promouvoir une récupération des ressources marines du pays.


Sur 9 575 navires, 39 000 personnes sont consacrées à la pêche sur la plate-forme cubaine. Ils font face à des baisses significatives des captures, très marquées ces dernières années.


La nouvelle loi sur la pêche à Cuba a pour objectif de garantir la durabilité de cette activité économique, vitale pour plus de 100 communautés côtières de Cuba, et, dans la mesure du possible, de rapprocher le poisson tant manqué de l'assiette cubaine.


En attendant alors, nous continuons de manger el pollo por pescao.