De la culture, de l'histoire et... de la mode de Cuba - Par René Lopez Zayas - La guayabera



C'est l'histoire de la guayabera, le vêtement national de Cuba


La guayabera est composée de quatre poches et est décorée de rangées de plis; deux rangées à l'avant et trois à l'arrière. À un moment donné, l'empiècement arrière se terminait par un seul sommet qui ressemblait à un triangle qui, avec les trois rangées de plis, ressemblait au drapeau cubain. Elle était toujours blanche et à manches longues et arborait 27 boutons. Ainsi, la guayabera était légèrement ajustée à la taille. Au fil du temps, l'empiècement arrière a été surmonté de trois sommets d'où le même nombre de rangées de plis est sorti et les 27 boutons sont restés. Aujourd'hui, la guayabera a des structures, des matériaux et des couleurs variés. Il y en a des brodés et effilochés, avec plus ou moins de plis et de boutons, mais c'est toujours le même vêtement élégant et frais.


La naissance de la guayabera n'est pas l'œuvre d'une seule personne et il reste encore à déterminer à partir de quel moment elle est devenue un vêtement élégant, frais, blanc, très bien amidonné et repassé, qui pourrait être porté sans cravate.


Le témoignage graphique le plus lointain de la Guayabera qui nous parvient remonte à 1906. Mais le mot Guayabera, en tant que cubanisme, n'a été légitimé qu'en 1921, lorsque Constantino Suárez l'avait inclus dans son Vocabulaire Cubain.


Cependant, la légende raconte qu'un paysan de la région de Sancti Spíritus, au centre de l'île, avait demandé à sa femme de lui confectionner une chemise fraîche et confortable pour qu'il travaille dans les champs. La femme industrieuse a rempli l'ordre, sans imaginer que son design deviendrait si populaire au point d'être connu dans le monde entier.


On l'appelait guayabera parce que les paysans avaient l'habitude de ramasser les goyaves et de les ranger dans les grandes poches du vêtement.


Une autre légende place l'origine de la guayabera dans le génie d'un tailleur, de Sancti Spíritus aussi, qui vendait des chemises longues avec des poches pour que les paysans puissent confortablement ranger leurs cigares.


Quelle que soit son origine, la guayabera a été un succès retentissant, et Sancti Spiritus serait apparemment son berceau définitif. Il y a même un musée unique de la guayabera.


Fabriquée avec du fil, fraîche, confortable et élégante, avec des jupes larges qui sont toujours utilisées à l'extérieur du pantalon, la guayabera est le vêtement le plus représentatif de Cuba.


La guayabera était très populaire pendant la seconde moitié de la République, où même les présidents venaient la porter avec fierté.


Jusque-là, c'était un vêtement, très généralisé et typique du paysan cubain, mais pas des zones urbaines et encore moins de la capitale.


C'est seulement vers les années 1940 que les cubains ont alors suspendu leur veste, jeté leur chapeau, dénoué leur cravate et, enfin soulagé de ces vêtements apportés d'un climat qui n'était pas le nôtre, ils ont fini par assimiler avec approbation la fraîcheur et l'élégance de la guayabera.


La Guayabera après le triomphe de la révolution


Lorsque la Révolution a triomphé, la guayabera recule jusqu'à ce qu'elle disparaisse. À cette époque, le pays a subi des agressions économiques, des sabotages, des invasions et des actes terroristes et souffrait de carences de toutes sortes.


À la fin des années 70, la guayabera réapparaît timidement avec des manches longues et des plis. C'était pas en fil, mais en polyester, et pas toujours blanc. Il n'a pas fallu longtemps pour que les jeunes commencent à la voir, non sans rejet, comme un symbole du bureaucrate en poste.


Heureusement, son utilisation a été revitalisée ces derniers temps, grâce surtout à la promotion culturelle dans un but touristique, il est vrai. Ce qui compte cependant c'est que les cubains, et même les cubaines, ont enfin retrouvé le goût de porter la fameuse chemise et sa popularité aurait ainsi ressuscité parmi les concitoyens.


C'est la guayabera, le vêtement national du pays, symbole de la cubanité qui nous identifie à travers le monde.


Ne quittez donc pas Cuba sans une telle chemise à qui, comme la peau d'une nation, vous rendra plus tard le souvenir nostalgique et chaleureux d'un voyage parmi les Cubains.