top of page

De la culture cubaine - Par René Lopez Zayas - Les affûteurs de couteaux



Los afiladores de tijeras


Les affûteurs de ciseaux pratiquent un métier sans doute ancien qui avait presque disparu à Cuba, un métier qui fut autrefois le soutien de nombreuses familles et qui renaît avec bonheur à La Havane.


Les affûteurs de rue semblaient pratiquement éteints. Pendant longtemps, leur son distinctif n'a pas été entendu, provenant d'un simple sifflet, également appelé chifle, une mélodie particulière qui les identifie lorsqu'ils traversent doucement les rues de la ville.

Bien qu'initialement la roue d'affûtage était portée sur le dos, plus tard, des brouettes particulières avec une seule roue sont arrivées qui, une fois retournées, étaient converties en machines à affûter.


Un beau jour les pierres à aiguiser ont été adaptées au vélo et depuis lors, le vélo est devenu un atelier itinérant rudimentaire mais efficace, qui fonctionnait comme un prolongement des mains de ces artisans.


Généralement, l'affûteur à ciseaux possède dans son atelier roulant deux pierres de grains différents, des fois même un tout petit étau et un sac suspendu au guidon avec quelques ustensiles comme des pincettes et des tournevis pour certains réglages, ainsi qu'un tas de chutes de tissus pour vérifier la coupe de l'instrument tranchant, bien qu'il y ait aussi ceux qui préfèrent tout simplement vérifier le tranchant réussi en coupant les poils sur leurs bras devant le client.


L'énergie qui anime son travail vient du pédalage constant, donc une collation en milieu de matinée et de l'eau fraîche ne peuvent manquer à l'effort de l'artisan, tout comme un chapeau pour défier le soleil brûlant de Cuba.


En général les affûteurs ambulants travaillent le matin, profitant de la fraîcheur, et l'après midi ils repartent chez eux, à bord de leur atelier rudimentaire, qui leur sert aussi bien de moyen de transport efficace.


Avec le développement récent des formes de travail privé, ce métier est ressorti de l'oubli. C'est vraiment agréable d'avoir à nouveau le précieux service à domicile que les affûteurs à ciseaux fournissent, ainsi que d'entendre le son particulier de leur harmonica, qui fait également partie des traditions urbaines les plus uniques de Cuba.

49 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page