De l'histoire de Cuba - Par René Lopez Zayas - Le temps des mameyes



La hora de los mameyes - Le temps des mameyes

Le mamey colorao (espèce de sapote) est un fruit sauvage typique des tropiques, très apprécié des Cubains, avec une pulpe rouge et très juteuse, idéale pour les jus et les smoothies.


Le fruit est également consommé directement sous forme de fruit frais, en dessert, en confiserie au sirop ou en conserve.


L'arbre, le sapotier, est une espèce ornementale attrayante et produit un bois très beau et dur, mais pas de qualité.


Les infusions, issues des graines écrasées, sont utilisées comme insecticides pour éliminer les tiques chez les animaux domestiques et les humains, ainsi que d'autres infections du cuir chevelu.


La hora de los mameyes est une phrase qui contient en elle-même l'ingéniosité des habitants de La Havane, et qui est née en 1762 lorsque la capitale de Cuba a été prise par les Anglais. Cette expression fait référence au moment de vérité le plus élevé, au moment déterminant, au moment décisif ou au moment où les choses peuvent tourner très mal.


L'histoire raconte que les milices, sous le commandement du créole Pepe Antonio, ont défendu La Havane avec un courage exemplaire. Par conséquent, il y a une autre phrase populaire: hacer las cosas de a Pepe, c'est-à-dire avec intransigeance ou imposition, qui fait référence à la défense héroïque faite par le conseiller municipal de Guanabacoa.

Ainsi, lorsque les soldats anglais ont pris La Havane, ils portaient un uniforme noir et rouge-brun très semblable aux couleurs du fruit mamey. C'est pourquoi les troupes anglaises ont été baptisées par le peuple cubain sous le surnom de "mameyes".


Et quand le canon de neuf heures sonna, signalant la fermeture des murs et une sorte de couvre-feu pendant que durait l'occupation, les troupes anglaises envahissantes faisaient leur ronde, gardant les rues. Ainsi, les habitants de La Havane appelaient alors neuf heures du soir, le temps des mameyes.


C'est d'ailleurs devenu une tradition de longue date que la fermeture de la ville à l'époque coloniale, est à chaque jour commémorée avec le tir d'une salve de l'un des canons qu'on peut trouver à la forteresse de San Carlos de la Cabaña. Le coup de canon de neuf heures peut être entendu dans toute la ville, et serait une cérémonie incontournable lors de votre prochain séjour à la Havane.


L'expression popularisée au fil du temps est donc toujours utilisée par les Cubains pour désigner ce moment déterminant de toute situation difficile ou embarrassante.


Nous pouvons donc dire qu'à Cuba, en ce moment de réforme monétaire, l'heure des Mameyes est arrivée.


...et vous autres, à quand l'heure de voyager chez-nous ?


Cuba te espera et Rebellecuba aussi.

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram