De l'histoire de Cuba - Par René Lopez Zayas - José Marti



José Julián Martí Pérez, né à La Havane le 28 janvier 1853 et mort à Dos Ríos le 19 mai 1895, était un écrivain et homme politique d'origine cubaine.


Notre héros national était un homme politique républicain démocratique, penseur, journaliste, philosophe et poète. Il fut le créateur du Parti Révolutionnaire Cubain et organisateur de la guerre de 1895 ou guerre nécessaire, ainsi appelée la guerre d'indépendance cubaine face à la métropole espagnole. Non seulement il appartenait, mais il a été aussi précurseur du mouvement littéraire appelé modernisme.


Le 18 mai, dans le camp à Dos Ríos, Martí a écrit sa dernière lettre à son ami Manuel Mercado. Ce document est connu comme son testament politique. Voilà ce qu'on peut lire dans un fragment de la lettre de Martí:


"... Je suis déjà en danger à chaque jour de donner ma vie pour mon pays et pour mon devoir - car je le comprends et j'ai le courage de le faire - d'empêcher à temps, avec l'indépendance de Cuba, les États-Unis de s'étendre à travers les Antilles et de tomber, avec plus de force, sur nos terres en Amérique. Tout ce que j'ai fait jusqu'aujourd'hui, et ce que je ferai encore, c'est pour cela. Il a fallu que ce soit en silence, et indirectement, parce qu'il y a des choses qui doivent être cachées pour atteindre à leur réussite... "


Fidel Castro, à la tête de la nouvelle génération révolutionnaire, se serait ressourcé lui-même dans son œuvre et son idéologie pour aboutir à la victoire définitive de 1959.


Mort

Le 19 mai 1895, une colonne espagnole est déployée dans la zone de Dos Ríos, près de Palma Soriano dans l'Orient du pays, où campent les Cubains.

Martí marchait entre Gómez et le général de division Bartolomé Masó. En arrivant sur les lieux de l'action, Gómez lui a demandé de s'arrêter et de rester à l'endroit convenu. Cependant, au cours du combat, il s'est séparé de la plupart des forces cubaines, accompagné uniquement de son assistant Ángel de la Guardia. Marti est monté, sans le savoir, vers un groupe d'Espagnols caché dans les sous-bois et a été touché par trois coups de feu qui ont causé des blessures mortelles. Son cadavre n'a pas pu être sauvé par les mambises (soldats cubains).

Après plusieurs inhumations, il a finalement été enterré le 27 mai, dans la niche numéro 134 de la galerie sud du cimetière de Santa Ifigenia, à Santiago de Cuba, jusqu'à ce qu'un Mausolée fût construit au même cimetière.

Le mausolée en question est composé d'un ensemble architectural de 26 mètres de haut et 86 mètres de long, comprenant la chambre funéraire et les espaces extérieurs. C'est dans ce magnifique monument que se trouvent les restes du héros national de la République de Cuba.

La construction centrale, inaugurée le 30 juin 1951, a la forme d'un hexagone et sur les murs de l'enceinte intérieure se trouvent les boucliers, des années '50, d'une vingtaine de républiques d'Amérique.

C'est sans doute un haut lieu incontournable lors de votre prochaine visite à Santiago de Cuba.