De la nature de Cuba - Par René Lopez Zayas - Les crocodiles cubains



Le crocodile cubain est endémique de l'île de Cuba et de l'île des Pins. Son emplacement est effectivement limité à la région sud-ouest de Cuba, respectivement dans la Ciénaga de Zapata, la plus grande zone humide de Cuba et des Caraïbes insulaires, déclarée réserve de biosphère par l'UNESCO et site Ramsar, et puis la Ciénaga de Lanier.

Son nom scientifique est Crocodylus rhombifer, et il vit exclusivement dans des endroits marécageux avec de l'eau douce, et peut-être des eaux saumâtres, un habitat très limité en effet.


Crocodylus rhombifer appartient à un groupe de reptiles si anciens qu'ils deviennent contemporains des dinosaures. Notre saurien spécifique se caractérise par une tête plutôt courte avec deux saillies derrière les yeux. Les goussets dorsaux sont en six rangées régulières et la quatrième dent mandibulaire fait saillie à l'extérieur du maxillaire. Sa couleur dorsale est verte grisâtre foncée, son ventre blanc et côtés jaunes avec des taches noires.


C'est l'une des plus petites espèces du genre, atteignant rarement plus de 3,50 m, cependant les adultes plus âgés de cette espèce peuvent mesurer jusqu'à 5 mètres de longueur. L'adaptation à l'eau est telle que ses yeux et son nez sont situés dans des endroits proéminents, ce qui leur permet de voir et de respirer en même temps, tandis que son corps reste immergé. Dans cet état, à l'œil nu, le crocodile cubain ressemble à une bûche flottante.


D'autre part c'est sans doute le crocodile le plus terrestre, le plus intelligent et le plus agile. Lorsqu'il est à terre, il peut en effet se retourner pour attraper sa proie. Il se considère comme un chasseur d'embuscade, avec une grande patience et une attaque précise. S'il échoue à son intention première, il ne gaspillera pas ses énergies dans une poursuite infructueuse, mais réserve toutes ses forces pour la prochaine opportunité.


Les pattes du crocodile cubain sont plus longues que d'habitude chez les autres crocodiles. Habitué à marcher sur de longues distances, il est capable de galoper aussi vite qu'un cheval, mais seulement sur une courte distance, et de faire de grands sauts jusqu'à 2 mètres de haut, pour atteindre des proies telles qu'une jutía ou un oiseau perché dans les branches basses des arbres.


La saison des amours est plus longue pour le crocodile cubain que pour toute autre espèce. Elle commence en mai et dure jusqu'en juillet ou août. C'est une période de grande agressivité chez ces animaux. D'abord les violents combats entre mâles pour obtenir le droit d'accouplement, certains spécimens sont même mutilés dans le combat, puis le soin acharné que les femelles prodiguent à leur progéniture. Les femelles s'occupent de leur couvée avec tellement de zèle qu'elles ne l'abandonnent même pas pour manger. Lorsque les œufs éclosent, elles défendent jalousement les nouveau-nés. Alors leur férocité et leur agressivité habituelles augmentent.


La femelle de 6 ans ou plus déposera de 20 à 40 œufs en moyenne, dans un nid qu'elle fera sur le rivage. Les œufs mettent 50 à 70 jours pour éclore. Plus l'environnement est chaud, plus vite les petits lézards éclosent. La chaleur décidera également s'il s'agit de mâles, tandis que des températures plus basses provoquent une progéniture femelle. Ces reptiles atteignent leur maturité sexuelle optimale vers les 20 ans, lorsque leur ponte annuelle atteint environ 60 œufs.


Dans la nature, ils ont un taux de mortalité élevé, beaucoup sont mangés par les oiseaux et autres prédateurs. Le cannibalisme est également très élevé chez cette espèce de crocodile. En moyenne, seulement 1% des crocodiles cubains survivront pendant un an ou plus dans la nature, puis ces chanceux vivront peut-être jusqu'à plus de 80 ans.


Le crocodylus rhombifer se nourrit en grande partie de petits mammifères, en particulier de jutías, rongeur mammifère arboricole typique de Cuba, ainsi que de tortues d'eau douce, de poissons, de grenouilles, de serpents et d'oiseaux. Ils ont des mâchoires puissantes, capables d'appliquer des tonnes de pression, et d'énormes dents acérées pour maintenir fermement leur proie et les déchirer facilement. Parfois, ils utilisent leur puissante queue pour frapper les troncs des arbres, faisant tomber dans leurs mâchoires de petits animaux qui étaient sur les branches.


Généralement, ces crocodiles ne chassent que sur terre, ou sur le rivage, et emmènent leur plus grosse proie dans l'eau pour les tuer, puis dans leurs repaires où ils la dévoreront quelques jours plus tard.


Le crocodile cubain est actuellement considéré comme en voie de disparition. Le fait qu'ils aient un très petit habitat naturel est préoccupant. Ces crocodiles sont actuellement élevés en captivité, ce qui garantit des taux de survie plus élevés et la préservation de l'espèce.


C'est le cas de l'élevage de crocodiles des marais de Zapata, une ferme aux crocodiles qui est la plus grande du pays, où dans les années 1960, près de 1500 spécimens ont été placés pour la reproduction, et que l'on peut visiter aujourd'hui lors d'une visite à la Baie des Cochons sur la péninsule de Zapata.


Le crocodile cubain (Crocodylus rhombifer) n'est pas le seul grand habitant et prédateur suprême du marais cubain, puisqu'il coexiste avec le crocodile américain (Crocodylus acutus), une minorité qui est de plus grande taille, mais moins agile et unique que le cubain, introduite dans certaines zones spécifiques du sud de Matanzas.


Il est arrivé que les crocodiles cubains et américains y aient été mélangés sans discernement, ce qui a abouti à un hybride fertile qui supplante celui de l'île, de plus en plus difficile à différencier.


Il existe toutefois quelques petites écloseries pour la reproduction contrôlée du crocodile américain dans les régions de Sabanalamar à Pinar del Río, Morón à Ciego de Ávila, Minas à Camagüey, puis Sábalo à Las Tunas et Manzanillo à Granma.


Le crocodile cubain est sous la protection la plus stricte des lois environnementales. Leur chasse et leur commerce illégaux sont sévèrement punis par le code pénal cubain. Non seulement c'est un symbole pour la nation, mais une espèce rare et menacée, un animal aux caractéristiques très particulières qui le rendent unique. Le crocodylus rhombifer est peut-être le plus petit de sa vaste famille, certes, mais l'un des plus féroces et des plus agressifs au monde.


Un poète inspiré avait affirmé une fois pour toutes, que l'île de Cuba ressemblait à un crocodile vert couché sur l'océan. Les cubains disent aussi que notre crocodile n'est peut-être pas grand, qu'il ressemble plutôt à un pékinois, petit c'est vrai, mais avec un très mauvais caractère, en tout cas, un digne représentant de l'île rebelle des Caraïbes.

20 vues0 commentaire
© Copyright Passion Varadero 2021®™
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram