De l'histoire de Cuba - Par René Lopez Zayas - De Cuba à Paris



Guillermo Pérez Dressler est un architecte cubain, né à Guanabacoa, La Havane, Cuba en 1860. Le garçon est rapidement devenu un architecte talentueux. Dès son enfance, ses parents, Juan Pérez Zúñiga et Purificación Dressler de la Portilla d'origine cubaine, étaient conscients des compétences de son fils et encourageaient cette pratique en lui.


Le grand talent du jeune homme pour le dessin et l'architecture a poussé ses parents à s'installer en centre ville de La Havane pour poursuivre cette carrière universitaire. Peu de temps après son 15e anniversaire, le père de Guillermo est décédé et la famille tombe en ruine. Alors le jeune homme abandonne ses études et commence à travailler dans une pharmacie.


Convaincu du grand talent du garçon, un ami professeur lui a organisé une bourse pour étudier l'architecture à la prestigieuse université de La Sorbonne, à Paris, par l'intermédiaire d'une famille bourgeoise du Vedado. À l'âge de 16 ans, Guillermo Pérez Dressler arrive à Paris. Il changera très bientôt de nom pour Guillaume Dressler. À 21 ans, il y obtient son diplôme avec distinction.


Après avoir reçu son diplôme, il obtient un travail à un cabinet local, où il devient l'un des meilleurs architectes, pour entreprendre la reconstruction des ponts, des routes et de nombreux bâtiments civils et religieux.


La vie de Dressler change peu de temps après, lorsque son ex-professeur à la Sorbonne, lui présente Gustave Eiffel, à la recherche d'un assistant pour construire sa célèbre tour.


Bientôt, le Cubain, désormais citoyen français, devint le bras droit du prestigieux architecte, qui le nomma administrateur exécutif. Eiffel, qui en plus de la tour a plusieurs projets en même temps, permet à Guillaume de concevoir un quart de la tour dans son intégralité, bien que le cubain n'ait jamais été crédité publiquement.


Ayant le vertige, Eiffel ne monta qu'au premier étage de l'immeuble, donc à partir de ce moment, Dressler fut en charge des travaux et supervisa entièrement sa construction, jusqu'à son inauguration le 31 mars 1889.


Convoqué en juillet de la même année par la reine Victoria, il se rend en Angleterre pour construire le Victoria and Albert Museum and Gardens à la périphérie de Londres.

Dressler part le 4 août pour l'Angleterre. Victime d'une tempête, le navire fait naufrage et seules quatre personnes survivent. Dressler a péri dans les eaux du détroit de Douvres et son corps n'a jamais été retrouvé. Son nom a été éclipsé par le temps, et aujourd'hui seul Gustave Eiffel est reconnu comme le seul créateur et constructeur de la tour qui porte son nom, même si une grande partie de sa gloire appartient à un Cubain.

Guillaume Dressler ne serait pas le seul cubain sujet d'une histoire aussi incroyable.

Il paraît qu'une série de Cubains, pratiquement inconnus pourtant, ont été à des endroits clés et à des moments importants de l'histoire du monde.


Une cubaine aurait peut-être allaité Bolívar, un autre compatriote devint le gendre de Carlos Marx, et l'hymne national guatémaltèque fut écrit par José Palma, originaire de la ville de Bayamo, dans l'est de l'île.


C'est ainsi que Manuel del Socorro Rodríguez, fondateur du premier journal de Bogotá, était cubain; et que le célèbre pirate Diego Grillo est né à La Havane.


Le corsaire cubain - un fils mulâtre d'un père espagnol et d'une mère africaine - serait devenu un amiral britannique, à l'ombre de Francis Drake. Cependant, d'autres sources soutiennent que l'on ne sait pas si "Dieguillo" est mort aux mains des Espagnols, dans les Caraïbes peut-être, ou s'il a vécu vieux et il aurait plutôt profité de sa fortune en Angleterre.


La rigueur historique des données sur certains de ces personnages est discutable, il est vrai, mais cela n'empêche pas les lecteurs cubains de se réjouir d'une telle présence internationale.


De nombreux produits peuvent être rares à Cuba, il est vrai, mais l’estime de soi n’en fait pas partie.

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram