De l'histoire cubaine - Par René Lopez Zayas - L'hymne de Bayamo



Le 17 août 1870, Perucho Figueredo, l'auteur de notre hymne national, fut assassiné dans la prison de Santiago de Cuba.


L'hymne de Bayamo est le symbole de la nation cubaine, composé par Perucho Figueredo en août 1867.


Il s'appelait à l'origine La Bayamesa, pour avoir été composé et joué pour la première fois à Bayamo et en référence à la marche déjà connue de la Marseillaise de la Révolution française, qui de loin avait influencé l'idéologie de ces précurseurs de l'indépendance de Cuba.


Le jeudi 11 juin 1868, dans l'Iglesia Mayor de Bayamo, lors d'un Te Deum solennel à l'occasion des festivités du Corpus Christi et en présence de hautes personnalités du gouvernement colonial espagnol et d'un grand nombre de fidèles de la ville, les notes de cet hymne ont pour la première fois été entendues publiquement.


Le 10 octobre 1868, la guerre de 10 ans commença avec le cri de Yara. Le 18 octobre, les insurgés attaquent Bayamo et deux jours plus tard, la capitulation des forces espagnoles a été signée dans cette ville. En l'honneur de cette victoire le 20 octobre, la journée de la culture nationale est célébrée à Cuba. Avec la prise de Bayamo, cet hymne est devenu populaire et à partir de ce moment, le peuple cubain l'a pris comme son appel à se battre à la recherche de la liberté pour la patrie.


Conformément à l'article 50 de la loi n ° 128 de 2019, la lettre officielle est la suivante:

Al combate corred, bayameses, que la patria os contempla orgullosa. No temáis una muerte gloriosa, que morir por la patria es vivir.

En cadenas vivir es vivir en afrenta y oprobio sumido. Del clarín escuchad el sonido. ¡A las armas, valientes, corred!


Strophes supprimées.

À l'origine, l'hymne avait six strophes. Les quatre dernières strophes ont été exclues en 1902. D'abord parce que leur contenu aurait blessé l'orgueil des Espagnols. En outre, il n'a pas été bien vu que les paroles de l'hymne d'une nation ne respectaient pas une autre. Pas moins important d'ailleurs c'est le fait qu'il était trop long par rapport à la plupart des hymnes.


Les quatre strophes, qui ont suivi les précédentes, étaient:

No temáis; los feroces íberos son cobardes cual todo tirano no resisten al bravo cubano; para siempre su imperio cayó.

¡Cuba libre! Ya España murió, su poder y su orgullo ¿do es ido? ¡Del clarín escuchad el sonido ¡¡a las armas!!, valientes, corred!

Contemplad nuestras huestes triunfantes contempladlos a ellos caídos, por cobardes huyeron vencidos: por valientes, sabemos triunfar!

¡Cuba libre! podemos gritar del cañón al terrible estampido. ¡Del clarín escuchad el sonido, ¡¡a las armas!!, valientes, corred!


Malgré le fait que Perucho Figueredo ait composé de la musique pour l'hymne, celle-ci a été modifiée au fil du temps, car il n'y avait pas souvent la référence de la partition originale.


Cela a entraîné la création de différentes harmonisations, qui différaient plus ou moins de l'original. En 1983, le chercheur et musicologue Odilio Urfé a fait une présentation à l'Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire dans laquelle il proposait la version actuelle (et finale) de l'hymne.


@rebellecuba se réjouit de vous présenter ces morceaux qui représentent tout un symbole de la fondation de la nation cubaine; l'hymne national original et sa version finale. Rendez-vous sur https://www.facebook.com/renelopezayas


Soyez tous les bienvenus à la découverte de l'île rebelle des Caraïbes.